La peste à Marseille et Mgr de Belsunce

L’histoire nous est racontée par Marion Sigaut à la veillée lors du pèlerinage de Terre et Famille vers Cotignac

Le bateau Grand Saint-Antoine partit de Sidon en janvier 1720, patente nette (sans maladie à déplorer).

Mais .. lors du voyage, on constate six morts à bord. Le capitaine s’isole à la poupe.

  • Le 25 mai 1720 Grand Saint-Antoine arrive à Marseille, déclare ses morts
  • Le port de Libourne fournit un certificat daté du 14 mai, dernier port où il a relâché : « fièvre maligne pestilentielle »,

Ce terme est ambigu … Si c’est la peste, on dit peste.

Le capitaine ne cache rien, mais il fournit un document ambigu.

La moindre des choses était d’isoler le bateau, hommes et biens, pendant une quarantaine en mer. Le mieux aurait été d’éventer toute la marchandise au risque de la gâcher au vent et au soleil. Mais, on déchargea les tissus précieux et on isola les autres… Puis, on envoya à terre les passagers qui firent entrer en ville des tissus infestés par les puces, porteurs de peste. Aucune des précautions habituelles n’a été prise, alors que le soupçon était énorme.

La peste est entrée dans Marseille parce que ceux qui étaient chargés de sa sauvegarde étaient propriétaires d’une cargaison précieuse qui devait atteindre la foire de Beaucaire deux mois plus tard.

Or il est certain que :

  • Le bateau a bien quitté Livourne le 14 mai
  • Mais qu’il était à Toulon le 4 mai et a relâché au Brusc.
  • Qu’il en est parti le 10 mai pour Livourne où on lui a donné ce certificat ambigu.
  • qu’il a eu tout le temps,  le 4 et le 10, de prendre  ses ordres de Marseille qui SAVAIT que le bateau était contaminé.
  • Que les autorités de Livourne ont donné un certificat de complaisance qui pouvait être interprété, alors qu’elles avaient interdit tout débarquement.

La responsabilité des autorités marseillaises est TOTALE.

Les copropriétaires et armateurs du bateau et de sa cargaison sont :

  • Le capitaine
  • Jean-Baptiste Estelle, premier échevin
  • Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, échevins également.

Le capitaine passera la contagion en prison, les trois autres deviendront les héros de la ville. C’est l’histoire d’une rédemption qui nous est contée.

  • Portée par des puces de rats, tous morts pendant le trajet, le bacille de la peste est entré dans la ville sur un tueur de 3mm  caché dans les replis d’étoffes précieuses.
  • Un mois après le débarquement, 6 personnes étaient mortes dans le Lazaret, zone de quarantaine à terre, malheureusement authentique « passoire ». 
  • Le chirurgien préposé à l’inspection donnait le même diagnostic : « mort de maladie non contagieuse. »…. 
  • Le 6 juillet, contrevisite par médecin : le diagnostic de la peste est enfin posé.

Le 9 juillet on se décide enfin à envoyer par le fond toutes les marchandises du Lazaret.

Trop tard, évidemment. 

Le 13 juillet, des allèges venant de Marseille seront vus à Arles en direction de Beaucaire : la marche inexorable du profit va porter la peste en Provence…

En ville on annonce la mort d’une femme. Puis de deux, avec bubon et charbon. 

La peste est à Marseille, elle va tuer un Marseillais sur deux en moins de six mois.

Le salut des autres va tenir au dévouement inimaginable d’une poignée de héros. :

  • Quatre échevins : Jean-Baptiste Estelle (58) ,  Jean-Pierre Moustier, Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, représentants de la ville.
  • Le marquis de Pille et Pichatty de Croissainte, permanents de la mairie. Ils seront jour et nuit de tous les travaux, toutes les corvées, toutes les responsabilités, sans dormir sans s’arrêter, sans penser à eux-mêmes. 
  • Le chevalier Roze, (45ans) venu de la ville se mettre à la disposition de ces Messieurs.
  • Henri de Belsunce, évêque de Marseille.

Le dévouement des échevins :

  • Ils prennent contact avec l’autorité royale, à Aix, siège du Parlement de Provence et de l’intendant. 
  • Jusqu’au bout le contact sera conservé avec l’extérieur, par l’intermédiaire d’un sas de campagne où les courriers peuvent être échangés.
  • on enterre les morts nuitamment pour ne pas affoler la population.
  • 10 juillet, à 23h, Jean-Pierre Moustier se rend place de Lenche (Linche) avec deux personnes. Sans faire de bruit on monte à l’étage, on descend  le mort, un malade et les bien portants. Puis on emmène tout ce monde sur la pointe des pieds. La porte sera murée peu après à chaux et à sable….Puis on recommence le lendemain.
  • Et petit à petit l’information commence à circuler. Mais les autorités essayent de rassurer la population … La vérité va mettre des semaines à être reconnue. Ce sera la ruée vers les portes de la ville, mais trop tard.

Le 31 juillet la ville est bouclée. Marseille est coupée du monde. Il n’y a plus aucune issue.

à suivre ….

Nouvelles de Terre et Famille

le 12 novembre 2017Dédicaces aux 8eme journée du livre organisée par Chiré-Diffusion le samedi 11 et le dimanche 12 novembre à Lyon. Prieuré Saint-Irénée (23 quai Perrache, 69002 Lyon).

le vendredi 17 novembre 2017 de 14h à 17h

Salle de Conférence du Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine

40, rue Prémartine – 72000 LE MANS (Nouvelle Organisation du Territoire de la République)

Loi NOTRe du 07 aout 2015

(Nouvelle Organisation du Territoire de la République)

Redéfinissant les compétences des collectivités territoriales

******

RETROSPECTIVE des LOIS AYANT AFFECTE le TERRITOIRE

DESCRIPTIF de la loi NOTRe

CONSEQUENCES à LONG et COURT TERME

Par Stéphanie BIGNON, président de l’association TERRE et FAMILLE

Avec la participation d’élus territoriaux, administrateurs

VENDREDI 17 novembre 2017 de 14H à 17H

******

RETROSPECTIVE des LOIS AYANT AFFECTE le TERRITOIRE

DESCRIPTIF de la loi NOTRe

CONSEQUENCES à LONG et COURT TERME

Par Stéphanie BIGNON, président de l’association TERRE et FAMILLE

Avec la participation d’élus territoriaux, administrateurs

Le 23 novembre 2017 :

29e Rencontre de l’Espérance 

Le Jeudi 23 Novembre 2017 à 20h
( Lieu : salle paroissiale de Saint Lambert de Vaugirard, 117 rue Blomet, Paris XV° –  Métro : Vaugirard) 

 LA CHASTETE, UNE ECOLOGIE RADICALE

Diagnostic et remèdes aux maux de notre temps … par

STEPHANIE BIGNON

DE L’ASSOCIATION « TERRE ET FAMILLE »,

DONT LA DEVISE EST, « S’ENRACINER POUR S’ELEVER »,

le 10 décembre 2017 : Villepreux « Renaissance catholique »

Le 18 décembre à 19h30 : « Cercle de l’aréopage », conférence sur l’arme que constitue l’art contemporain, 9 rue du vieux colombier à Paris