La peste à Marseille en 1720

La peste à Marseille et Mgr de Belsunce

L’histoire nous est racontée par Marion Sigaut à la veillée lors du pèlerinage de Terre et Famille vers Cotignac

 

Le bateau Grand Saint-Antoine partit de Sidon en janvier 1720, patente nette (sans maladie à déplorer).

Mais .. lors du voyage, on constate six morts à bord. Le capitaine s’isole à la poupe.

  • Le 25 mai 1720 Grand Saint-Antoine arrive à Marseille, déclare ses morts
  • Le port de Libourne fournit un certificat daté du 14 mai, dernier port où il a relâché : « fièvre maligne pestilentielle »,

Ce terme est ambigu … Si c’est la peste, on dit peste.

Le capitaine ne cache rien, mais il fournit un document ambigu.

La moindre des choses était d’isoler le bateau, hommes et biens, pendant une quarantaine en mer. Le mieux aurait été d’éventer toute la marchandise au risque de la gâcher au vent et au soleil. Mais, on déchargea les tissus précieux et on isola les autres… Puis, on envoya à terre les passagers qui firent entrer en ville des tissus infestés par les puces, porteurs de peste. Aucune des précautions habituelles n’a été prise, alors que le soupçon était énorme.

La peste est entrée dans Marseille parce que ceux qui étaient chargés de sa sauvegarde étaient propriétaires d’une cargaison précieuse qui devait atteindre la foire de Beaucaire deux mois plus tard.

Or il est certain que :

  • Le bateau a bien quitté Livourne le 14 mai
  • Mais qu’il était à Toulon le 4 mai et a relâché au Brusc.
  • Qu’il en est parti le 10 mai pour Livourne où on lui a donné ce certificat ambigu.
  • qu’il a eu tout le temps,  le 4 et le 10, de prendre  ses ordres de Marseille qui SAVAIT que le bateau était contaminé.
  • Que les autorités de Livourne ont donné un certificat de complaisance qui pouvait être interprété, alors qu’elles avaient interdit tout débarquement.

La responsabilité des autorités marseillaises est TOTALE.

Les copropriétaires et armateurs du bateau et de sa cargaison sont :

  • Le capitaine
  • Jean-Baptiste Estelle, premier échevin
  • Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, échevins également.

Le capitaine passera la contagion en prison, les trois autres deviendront les héros de la ville. C’est l’histoire d’une rédemption qui nous est contée.

  • Portée par des puces de rats, tous morts pendant le trajet, le bacille de la peste est entré dans la ville sur un tueur de 3mm  caché dans les replis d’étoffes précieuses.
  • Un mois après le débarquement, 6 personnes étaient mortes dans le Lazaret, zone de quarantaine à terre, malheureusement authentique « passoire ». 
  • Le chirurgien préposé à l’inspection donnait le même diagnostic : « mort de maladie non contagieuse. »…. 
  • Le 6 juillet, contrevisite par médecin : le diagnostic de la peste est enfin posé.

Le 9 juillet on se décide enfin à envoyer par le fond toutes les marchandises du Lazaret.

Trop tard, évidemment. 

Le 13 juillet, des allèges venant de Marseille seront vus à Arles en direction de Beaucaire : la marche inexorable du profit va porter la peste en Provence…

En ville on annonce la mort d’une femme. Puis de deux, avec bubon et charbon. 

La peste est à Marseille, elle va tuer un Marseillais sur deux en moins de six mois.

Le salut des autres va tenir au dévouement inimaginable d’une poignée de héros. :

  • Quatre échevins : Jean-Baptiste Estelle (58) ,  Jean-Pierre Moustier, Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, représentants de la ville.
  • Le marquis de Pille et Pichatty de Croissainte, permanents de la mairie. Ils seront jour et nuit de tous les travaux, toutes les corvées, toutes les responsabilités, sans dormir sans s’arrêter, sans penser à eux-mêmes. 
  • Le chevalier Roze, (45ans) venu de la ville se mettre à la disposition de ces Messieurs.
  • Henri de Belsunce, évêque de Marseille.

Le dévouement des échevins :

  • Ils prennent contact avec l’autorité royale, à Aix, siège du Parlement de Provence et de l’intendant. 
  • Jusqu’au bout le contact sera conservé avec l’extérieur, par l’intermédiaire d’un sas de campagne où les courriers peuvent être échangés.
  • on enterre les morts nuitamment pour ne pas affoler la population.
  • 10 juillet, à 23h, Jean-Pierre Moustier se rend place de Lenche (Linche) avec deux personnes. Sans faire de bruit on monte à l’étage, on descend  le mort, un malade et les bien portants. Puis on emmène tout ce monde sur la pointe des pieds. La porte sera murée peu après à chaux et à sable….Puis on recommence le lendemain.
  • Et petit à petit l’information commence à circuler. Mais les autorités essayent de rassurer la population … La vérité va mettre des semaines à être reconnue. Ce sera la ruée vers les portes de la ville, mais trop tard.

Le 31 juillet la ville est bouclée. Marseille est coupée du monde. Il n’y a plus aucune issue.

  • Quand ils ne courent pas pour localiser les malades et faire enlever les morts, écrire à l’intendant et répondre au courrier, les échevins font les comptes : Il n’y a plus d’argent sauf de maudits billets dont personne ne veut, plus de blé, plus de viande, tout le monde s’enfuit et personne n’obéit plus à personne. Mais JAMAIS ils ne baisseront les bras.
  • Deux médecins suggèrent de faire de grands feux pour « brûler les corpuscules infects » et délestent la ville du bois dont on ne pourra plus cuire le pain. On rassemble alors les médecins disponibles et on leur annonce qu’ils seront rémunérés par la mairie : interdiction de faire payer les malades. On leur fournit des sarraus de toile cirée qui les prémuniront (les puces ne s’accrochent pas sur cette toile enduite). Puis la mairie lance un emprunt pour remplir ses caisses. Elle nomme des commissaires par quartiers pour assurer l’ordre et la distribution de pain et on fait venir du grain par le sas extérieur arrangé avec Aix. Enfin, elle ferme toutes les écoles publiques.
  • Un début d’émeute pour le pain mobilise encore les échevins : Des soldats en garnison au fort Saint-Jean viennent menacer de se servir par les armes si on ne leur en fournit pas. Jean-Pierre Moustier leur fait  face : « Mettez-vous à la tête de vos soldats,; moi de mes bourgeois, et nous verrons. » … Les soldats reculent, penauds. Quand le blé arrive, on en fixe le taux et on interdit de le vendre plus cher : c’est la taxation.

Les morts sont désormais transportés en plein jour, par charrette d’abord, puis par tombereaux entiers. Au début on les met dans des tombes, puis dans des fosses, puis les fosses débordent. On ouvre où on peut des hôpitaux pour accueillir les malades. En deux jours ils sont pleins et en 24h les malades sont morts. Le chevalier Roze, responsable de la rive Neuve, en fait ouvrir à ses dépens. Mais médecins et chirurgiens ont déserté en masse. On peut compter sur QUATRE médecins. Le régent en fait venir de Montpellier. Ils seront une calamité jusqu’à leur départ. Incompétents, pédants, dépensiers, inutiles ou même calamiteux ils se feront payer des fortunes leur outrecuidance mortelle pour tous ceux qu’ils approcheront :  purges et saignées, ils tuent leurs malades.

Pour creuser les fosses, les échevins s’y collent encore et font travailler ceux qu’ils ont réussi à faire venir. En plein soleil, à Marseille. Ceux qui se sont enfuis en mer jettent les cadavres par-dessus bord et le port est couvert de corps en putréfaction. Nicolas Roze se chargera d’aller chercher les malades en mer, puis de tirer au sol des morts pour les ensevelir. Nicolas Roze sera un des héros les plus admirables de la peste. « Nous craignons que nos têtes ne puissent y suffire, quand elles se partageraient en dix. Que le bon Dieu  aie pitié de nous ! » gémirent-ils dans une lettre à le 5 août.

Autre preuve de leur total désintéressement ? 

Le marquis de Pilles laissa s’établir le principal hôpital à quatre pas de son hôtel. 

Jean-Baptiste Estelle, marchant au transport de cadavres, glissa une nuit sur quelque débris gluant  et s’étala de tout son long sur un cadavre. Il se releva, fit charger le mort dans la charrette et repris sa course, imperturbable. 

Jean-Pierre Moustier, reçoit un jour sur la joue un emplâtre fumant de pus qu’on venait de jeter par une fenêtre. 

Il l’en décolle, se nettoie la joue avec une éponge vinaigrée, et reprend sa course.

Le 27 août, nouveau drame : le marquis de Pilles tombe malade et ne peut sortir de son hôtel. 

On aurait pu croire les édiles indestructibles, mais non, c’était leur tour. 

 

Le 27 août, nouveau drame : le marquis de Pilles tombe malade et ne peut sortir de son hôtel. On aurait pu croire les édiles indestructibles, mais non, c’était leur tour…

Le 30 août, en une nuit, mille nouveaux morts, alors qu’on n’avait pas encore réussi à enterrer les précédents. Les forçats qui servent de corbeaux sont tous morts ou malades et l’arsenal des galères ne veut plus en donner. 

Le 3 septembre, les quatre échevins, l’archivaire, le caissier et le secrétaire de mairie font les comptes : depuis le début de juillet, la municipalité avait perdu cinq cents personnes. Il ne reste qu’un ou deux lieutenants, un capitaine et quelques valets de ville. Tout le reste a péri et eux, sont sept ! Ils retournent à l’arsenal demander des hommes (qui auront la liberté). Grâce à cette idée les expéditions reprennent, Jean-Pierre Moustier en tête : du lever au coucher du soleil les échevins charrient des cadavres, débarrassent les rues, tiennent la permanence à l’hôtel de ville, courent dans tous les sens pour régler mille problèmes. Ils font construire un hôpital de plein air. Le mistral le met à bas. On le reconstruit… Ils travaillent sans relâche… Un matin, on apprend que des fosses pleines du côté de la Major se lézardent. Il faut impérativement les recouvrir. Jean-Baptiste Estelle se rend à la porte d’Aix où on en creusait de nouvelles. Il se fait donner les paysans qui y travaillaient. Les paysans refusent d’approcher la fosse empestée et les militaires n’en viennent pas à bout. Jean Baptiste Estelle prend une pioche des mains d’un paysan, et il pioche, et pioche, tout seul, en plein soleil. Les autres ont suivi et refermèrent la fosse.

Le 12 septembre enfin l’autorité est rétablie : Langeron est nommé commandant en chef avec tous les pouvoirs à Marseille.

Les Echevins de Marseille, firent la promesse que chaque année, une messe serait célébrée pour rappeler cette consécration. C’est désormais la Chambre de Commerce de Marseille, qui offre un cierge à l’archevêque, en présence du premier magistrat de la ville, du représentant de l’Etat, des élus, des autorités civiles, militaires, économiques. Cette cérémonie a eu lieu vendredi 23 juin dernier.

Deux semaines plus tard, le 15 novembre, a lieu une nouvelle cérémonie aux Accoules avec une foule immense. Monseigneur de Belsunce sanctifie et bénit la ville et le diocèse. Le 10 décembre on ne signala aucun mort. La peste était terminée. Marseille et son terroir ont perdu en tout 50 000 personnes : la moitié de la population.

 

à suivre ….