La loi NOTre tue les communes


La loi NOTRe, Nouvelle Organisation Territoriale de la République, approuvée le 7 août 2015, vient à la suite de la loi RCT (Réforme des Collectivités Territoriales) du 16 décembre 2010. Ces deux lois viennent modifier en profondeur tout le socle institutionnel de notre pays.

En bref et selon MBC, (association des Maires pour le Bien Commun, mairespourlebiencommun.fr ), voici résumée la loi NOTRe qui s’impose sans consultation de la population :

A. Le premier échelon territorial qu’est la commune est vidé de sa substance.

B. Le projet est de transférer l’essentiel du pouvoir communal vers l’échelon intercommunal.

C. Cette réforme territoriale, imposée par l’Europe pour réduire les dépenses publiques, a malheureusement l’effet inverse.

D. Le gigantisme des intercommunalités impose une gestion bureaucratique éloignée des réalités du terrain et la légitime décentralisation se transforme actuellement en une inacceptable reconcentration jacobine.   

La loi NOTRe achève le plan de dislocation de notre pays. La réforme sur la taxe d’habitation contribuerait à ce plan en privant les communes de revenus et d’autonomie fiscale. Comme la taxe professionnelle, elle serait remplacée par le versement d’une compensation … Or une taxe est versée en échange de services. En la transformant en compensation calculée sur des bases complexes et arbitraires et versée au bon vouloir de l’état, elle pourrait disparaitre sans explication tangible. Pourtant et comme toujours, les choses nous sont présentées avec les meilleures intentions du monde. Officiellement, la volonté du gouvernement est de réduire la pression fiscale, « le mille-feuilles administratif » et les dépenses publiques…

Dans les faits :

Les élus des petites communes sont des bénévoles qui sont remplacés par des fonctionnaires et des complications administratives ce qui, selon la Cour des Comptes, engendre un surcoût de 61.8% sur les dépenses publiques (Rapport de la cour des comptes 2014, page 130).

Le « mille-feuilles administratif » loin d’être simplifié est augmenté de strates aux missions mal définies.

Quant à la pression fiscale … avec quel argent l’Etat compte-t-il verser les compensations aux communes ? Et les communes privées d’une part de leur revenu ne devront-elles pas augmenter ailleurs les impôts ?

Ces lois de réaménagement du territoire sont des mines à fragmentations disséminées sur notre sol. Le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), par exemple, suggère « autoritairement » des mises aux normes européennes tel que le nombre de places de parking, le nombre de logements sociaux, les accès pour personnes handicapées… tout cela entrainant des dépenses de moins en moins couvertes par des revenus progressivement confisqués. La faillite prévisible des communes donnera une nouvelle bonne raison pour vouloir leur fin.

Le PADD s’autorise même à commenter sur le regrettable « enclavement de nos exploitations agricoles » Que faut-il comprendre ? Les populations des bourgs et des cités seraient concentrées dans de grandes agglomérations et les campagnes seraient composées de logements sociaux habités par de la main d’œuvre agricole bon marché au milieu de grandes étendues « exploitées » à outrance par des groupes financiers propriétaires de grandes exploitations désenclavées !? Ceci ne serait plus la France mais l’URSS ou l’Amérique du sud passée au fil du sabre des financiers de Wall street !

Le système en nous privant de la commune nous prive de l’échelon véritablement démocratique et de cette autonomie nécessaire pour notre édification personnelle et collective. La subsidiarité est le devoir de s’assumer dans la mesure de ses moyens. Or, le principe de subsidiarité en droit de l’Union européenne « vise à privilégier le niveau inférieur d’un pouvoir de décision aussi longtemps que le niveau supérieur ne peut pas agir de manière plus efficace. » Que veut dire plus efficace dans le cerveau des hauts fonctionnaires de l’Europe « Maastrichtienne » ? Plus efficace pour qui, pour quoi ?

Il semble plus prudent de retrouver la définition qu’en donne le Pape Pie XI dans l’Encyclique Quadragesimo Anno :

 » On ne saurait changer ce principe si grave de philosophie sociale : de même qu’on ne peut enlever aux particuliers pour les transférer à la communauté, les attributions dont ils sont capables de s’acquitter de leur seule initiative et par leurs propres moyens, ainsi ce serait commettre une injustice en même temps que troubler d’une manière très dommageable l’ordre social que de retirer aux groupements d’ordre inférieur, pour les confier à une collectivité plus vaste d’un rang plus élevé, les fonctions qu’ils sont en mesure de remplir eux-mêmes ».

Nous voici donc bien avertis et si notre première reconquête devait s’appeler Subsidiarité ?!

Stéphanie Bignon,

Terre et Famille, le 30 novembre 2017

 

Une version allégée se trouve sur le Boulevard Voltaire :

http://www.bvoltaire.com/loi-tue-commune-consulter-population/

Nouvelles de Terre et Famille

Le 23 novembre 2017 :

29e Rencontre de l’Espérance 

Le Jeudi 23 Novembre 2017 à 20h
( Lieu : salle paroissiale de Saint Lambert de Vaugirard, 117 rue Blomet, Paris XV° –  Métro : Vaugirard) 

 LA CHASTETE, UNE ECOLOGIE RADICALE

Diagnostic et remèdes aux maux de notre temps … par

STEPHANIE BIGNON

Le 5 décembre 2017 : A Chalon sur Saône,  20h 30  1, impasse milon à Chalon sur Saône.  (Cure St Pierre) « La chasteté, le plus bel acte d’amour » de Stéphanie Bignon.

Le 10 décembre 2017 : Villepreux « Renaissance catholique »

Le 18 décembre à 19h30 : à Paris « Cercle de l’aréopage », conférence sur l’arme que constitue l’art contemporain, 9 rue du vieux colombier à Paris

Le domaine de Beaulieu

 

Le domaine de Beaulieu est maintenu depuis huit générations afin de sauvegarder toutes les valeurs qu’il porte et qui ont fait la France chrétienne. La chapelle datant du moyen âge est un joyau auquel nous tenons beaucoup.
Tout ce que nous développons ici respecte la nature et les hommes : une agriculture nourricière de qualité, l’accueil pour vos fêtes familiales et vos séminaires, pêche, chasse à l’arc sur gibier sauvage, parcours de 20 cibles animalières en 3 dimensions pour le tir à l’arc, et aujourd’hui c’est la fromagerie que nous inaugurons. Celle-ci a débuté sa fabrication de produits laitiers au mois d’avril dernier après 3 ans de montages administratif et financier et de construction que nous avons réalisés entièrement avec notre personnel, nos amis et toute notre famille ici présente.

La « Fromentellerie » : sa racine est le Froment, fruit de la terre et du travail des hommes. La deuxième partie du nom représente toutes les petites mains qui travaillent artisanalement pour réaliser les meilleurs produits dans l’intérêt des consommateurs (telle la coutellerie).

Permettez moi de commencer par remercier mes parents aujourd’hui disparus pour l’héritage de courage, de lucidité, d’entrepreneur et d’ouverture aux autres qu’ils ont su me donner. Je tiens aussi à remercier mon épouse Fabienne et nos 2 enfants et tous ceux qui ont mis leur énergie, leur cœur et leur intelligence pour faire aboutir ce projet et le faire fonctionner. Je remercie aussi le père François Labbé qui a béni notre fromagerie.
Sans la source financière, cet atelier de fabrication n’aurait pas pu naître. En effet, nous avons réalisé un crowdfunding où nous avons pu obtenir 30 000 euros notamment grâce au Professeur Joyeux qui nous a dédié sa newsletter du mois de décembre 2015. Nous avons également fait appel au mouvement des cigales.. Je tiens à remercier tout particulièrement notre président du département qui a su défendre et comprendre notre démarche. Sans la subvention obtenue, nous n’aurions pas réussi à financer cet atelier tant les normes imposées nous contraignent à assumer des investissements démesurés par rapport à notre taille.
A Beaulieu nous développons l’Agriculture bio holistique : c’est une agriculture qui a une obligation de résultats, et non pas uniquement de moyen, elle favorise l’emploi rural , respecte les paysages et la nature, obtient des aliments de bonne qualité nutritionnelle qui doivent avoir de l’odeur de la saveur et qui se conservent. Ce projet est la continuité de cette agriculture familiale. Ici, nous défendons la paysannerie qui est au service des consommateurs et non au service de la finance.

D’où je viens ?
Je suis né en France, pays choisi par Dieu pour défendre la religion chrétienne, issu d’une famille paysanne très pratiquante qui a toujours œuvré pour la défense des valeurs humaines et la transmission de ce qu’elle avait reçu. Mes parents ont maintenu ce patrimoine agricole et cette propriété chargée d’histoires pour ne pas perdre leurs racines et en aider d’autres à redécouvrir les leurs. J’ai connu cette ferme paysanne ou travaillait ma famille mais aussi 5 personnes qui habitaient le village. L’assolement était varié ainsi que les espèces animales. La transformation du lait en produits laitiers et la pratique du circuit court fonctionnait très bien. Nous vivions en harmonie avec nous même dans ce monde rural ou transpirait le bien-être et la joie de vivre.
Dans notre village il y avait une multitude de petites fermes, toutes avec la mixité culture et élevage, ou travaillaient beaucoup d’hommes et de femmes. Et puis il y avait de nombreux artisans et commerçants divers pour répondre localement aux besoins de chacun (4 cafés pour 350 habitants où l’on se retrouvait pour jouer aux cartes), il y avait une poste, une école une mairie et une église toujours pleine les dimanches. Les circuits courts étaient la pratique la plus développée, permettant ainsi la juste rémunération du travail fourni.
J’ai eu la chance de travailler avec des personnes loyales et dévouées qui ne ménageaient pas leur énergie. Ils ont été des exemples qui m’ont aidé à définir le chemin que je devais prendre.

Qui suis-je ?
J’étais un agriculteur qui s’efforçait de garder l’exploitation avec son élevage laitier qui m’avait été transmis par mes parents, avec toutes les contraintes qui ne cessaient de s’amplifier au fil des années (industrialisation de l’Agriculture). Ce modèle nous entraine dans une course sans fin aux économies d’échelle.
De 40 vaches en1985 je suis passé à 80 vaches en 1986, de 4000 litres par vache et par an à 9200 litres en 1995. Dès 1986 j’avais choisi d’abandonner petit à petit l’ensilage pour une ration sèche à base de foin et de céréales. J’étais en train de perdre le sens de mon métier. Les difficultés financières liées à l’élevage et la difficulté à trouver du personnel compétent et motivé m’entrainaient vers le désir d’arrêter la partie élevage pour me consacrer uniquement à la culture en quête des subventions.

Où je veux aller ?
Je veux redonner du sens à notre vie, pour cela je devais me ré enraciner pour mieux m’élever, c’est-à-dire prendre le modèle de nos ancêtres en y apportant de la modernité. La vocation du paysan étant de donner la vie et de travailler pour se nourrir. Je dois arrêter de courir après ces économies d’échelle par les volumes et l’agrandissement.
C’est ainsi qu’est né le développement de l’Agriculture bio holistique à Beaulieu dès 2009.
Notre objectif est d’arriver un jour à transformer toutes nos productions en produits finis ou en alimentation des animaux et de la terre.
Le lait transformé en fromage, le petit lait servant à nourrir la volaille et les cochons. Les céréales transformées en pain, le son servant de nourriture aux animaux, le lin et le chanvre transformés en huile, les tourteaux nourrissent aussi les animaux…

Ma famille ma foi et mon espérance m’ont donné la force de ne pas abdiquer devant toutes les difficultés que nous pouvons rencontrer. En transmettant à nos enfants et à notre entourage ces valeurs basées sur l’équilibre naturel, j’aurai le sentiment de m’ être élevé sur le chemin de Dieu.

 

Yves de Fromentel

GRANDE JOURNÉE D’HOMMAGE AU ROI LOUIS XVI

Comité Louis XVI

comitelouisxvi@gmail.fr

Dijon

Chère Madame, Cher Monsieur,

Le comité Louis XVI a le plaisir de vous convier, le 21 janvier 2017 à Dijon, à une journée entièrement dédiée à la figure humaine et politique de Louis XVI.

Cette journée, organisée sous la présidence du prince Alexandre de Kisselev, sera un moment de rencontre entre amis de la cause royale, de nos traditions et de la résistance face au déclin spirituel et politique de notre pays. Cette rencontre autour de la figure du souverain martyr nous permettra d’accomplir l’union de la prière, du souvenir historique et du message d’espoir.

Nous sommes sûrs que les liens d’amitié et de respect inhérents à nos perspectives communes permettront, le temps de cette journée, de nous rappeler la signification profonde du sacrifice de la famille royale et du prix que le France ne cesse de payer.

Si le 21 janvier 1793 fut le péché originel de la République, nous ne doutons pas que le 21 janvier 2017 sera pour nous l’occasion de ranimer la concorde d’une France, qui malgré le sang versé, continue à vivifier nos cœurs.

Le comité Louis XVI aura le plaisir de compter sur la présence du Cercle Bossuet de Dijon, de la Fédération Royaliste de Bourgogne ainsi que de l’association Terre et Famille. Mais c’est avant tout votre soutien et votre présence qui feront de cette journée un moment fort de recueillement autour des valeurs de la France qui sont, ô combien, supérieures à celles de la république.

Pour que l’espoir demeure et que notre succès soit sans appel, n’hésitez pas à vous joindre à nous tout au long de cette journée qui commencera par un service de Requiem en rite extraordinaire avec chœur et catafalque suivi par un déjeuner (sur réservation). Enfin, le prince Alexandre de Kisselev nous entretiendra de la personnalité et de l’actualité de Louis XVI lors d’une conférence que nous terminerons par un apéritif convivial.

Vous trouverez, ci-joint, le programme complet de cette journée ainsi que les contacts du comité Louis XVI. Nous espérons vous compter parmi nous. Seule votre présence et celle de vos amis contribuera au succès de cette journée.

Enfin, nous vous adressons, chère Madame, cher Monsieur, nos meilleurs vœux pour l’année 2017.

Royales amitiés,

Le Comité Louis XVI

GRANDE JOURNÉE D’HOMMAGE AU ROI LOUIS XVI

21 JANVIER 2017

PROGRAMME :

11 H 00 : Service de Requiem au rite extraordinaire avec chœur et catafalque ; lecture du testament de Louis XVI par le Prof. Jean Foyard, président de la Fédération Royaliste de Bourgogne.

Lieu : Basilique Saint-Bernard

24 rue Saint-Bernard

21121 Fontaine-Lès-Dijon

Accès : covoiturage ou bus Divia n° B13 arrêt Mare Fontaine (départ square Darcy, 10H20)

13 H 00 : Déjeuner à l’hôtel Kyriad Gare, sur réservation.

Menu :

Feuilleté de pétoncles à l’effilochée de poireaux, crème safranée

Pavé de bœuf sauce forestière, fagots de haricots verts et tomates cerises poilées

Galette des Rois

Eau minérale plate et gazeuse, vin et café inclus

Tarif : 32 € pour les plus de 25 ans, 25 € pour les moins de 25 ans

Lieu : Hôtel Kyriad Gare

7-9 rue Docteur Albert Remy

21000 Dijon

17 H 00 : Conférence, à l’hôtel Kyriad Gare, par le prince Alexandre de Kisselev sur «  la personnalité et la modernité de Louis XVI », suivie d’un vin d’honneur.

Prix de l’entrée : participation libre

INFORMATIONS :

Nous vous prions d’annoncer le nombre de convives au déjeuner avant le 15 janvier 2017 ; toute rétractation après cette date entraînera le paiement du déjeuner.

Nous vous invitons chaleureusement à nous signaler par avance votre présence au cours de cette journée afin d’en faciliter l’organisation.

Pour toutes informations complémentaires, pour profiter du covoiturage depuis le centre-ville ou la gare, ou pour vous annoncer au déjeuner vous pouvez nous joindre :

Par courriel : comitelouisxvi@gmail.com

logo-TetF-def
I  N  V  I  T  A  T  I  O  N

Conférence de presse Judith Reisman – Terre et Famille

Mercredi 30 novembre 2016 à 18h30
9 rue Bergère – 75009 Paris
Inscrivez-vous dès maintenant :

terreetfamille@gmail.com

Judith Reisman à Paris avec Terre et Famille …et vous

Il faut bien sûr lire Judith Reisman. Encore mieux : la rencontrer. Ce sera possible pour la première fois en France (et peut-être la seule) le 30 novembre.

Ne manquez pas ce rendez-vous. Judith Reisman est l’une des rares personnalités issues du monde universitaire à avoir compris très tôt que les rapports Kinsey étaient une arme de destruction massive contre la famille, n’épargnant ni les corps ni les âmes des enfants.

Au bout de la destruction ? Des adultes adultérés, des enfants merchandisés, des individus échangeables.

Pour reconstruction, réarmons-nous, restaurons la structure familiale -ce fondement organique de toute société capable de s’instituer dans la durée. Les travaux de Mme Reisman nous seront un précieux adjuvant. Ce 30 novembre, venez !

dossier-de-presse-judith-reisman-kinsey

prochains évènements de Stéphanie Bignon

*Lundi 31 octobre, 12h15 Radio maria « la chasteté ou le chaos ? » invitée par téléphone de Radio Maria.

http://radiomaria.fr

*Le jeudi 3 novembre, à 18h pour « la chasteté ou le chaos » : Stéphanie Bignon participera à l’émission de radio courtoisie de monsieur l’abbé Lorans.

http://www.radiocourtoisie.fr

*Le 18 novembre à 20h30 les AFC et la paroisse saint Pie X de Toulon reçoivent Stéphanie Bignon pour une conférence « la chasteté ou le chaos »

sans-titre

 

(49 rue Henri Poincaré, 83000 Toulon)

*Dimanche 27 novembre : Grande journée anniversaire : 50 ans de Chiré et 40 ans de Duquesne Diffusion

Maison de la Mutualité – Paris V e

*Le 4 décembre à Villepreux, salon du livre de renaissance catholique.

*Le 11 décembre à Paris, « lire sous les sapins » : Salle paroissiale ND d’Auteuil, 64 av théophile Gautier, Paris XVI, de 14 h à 18h30.

http://annebrassie.fr