Le mot du curé

« Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu » (Lc 21, 12-19)                                 

                                  « La foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ »  (Rm 10, 9-18)

Chers sœurs et frères bien-aimés de Dieu,

La croix est faite d’un axe vertical et d’un axe horizontal. Cela paraît évident mais face à cette image, le Seigneur veut nous dire quelque chose.            L’axe vertical est l’axe qui nous montre et nous invite à tendre vers le Ciel.  L’axe horizontal est l’axe qui nous parle de la terre, qui nous invite à embrasser notre vie sur la Terre. Notre Seigneur Jésus s’est incarné : « le Verbe s’est fait  chair et il a demeuré parmi nous ». Dieu s’est fait homme. Il y a là les deux axes de notre croix : le Ciel et la terre. Les deux sont inséparables : une croix sans un des axes n’est plus une croix. Il en est de même pour notre vie, si nous ne regardons que le Ciel sans faire attention à ce que nous vivons avec notre entourage, si nous ne regardons que la vie terrestre en oubliant le Ciel. Nous perdons petit à petit notre Humanité. Même les ermites sont ermites pour le monde et non pour se satisfaire de la tranquillité. Ils portent le monde dans leur offrande ; dans la rigueur de leur vie, leurs veilles, leurs jeûnes, leurs sacrifices accompagnés de la prière permanente. Il en va de même pour nous. Si nous construisons notre vie sans prendre en compte la vie en Dieu, nous devenons des personnes qui blessent Dieu, qui se blessent, qui blessent les autres, qui ne pensent qu’à elles-mêmes, qui ne cherchent qu’à profiter de leur petit confort. Là il y a grand danger. Surtout dans notre société dont certaines lois ne respectent plus Dieu et même ne respectent plus la loi naturelle. Alors chacun en va de ses revendications pour faire voter une loi qui l’arrange et qui légitime son mode de vie. C’est très dangereux car ces lois deviennent applicables à tout le monde, et cela change la société petit à petit en l’éloignant des lois naturelles et divines. Bien souvent, les amendements aux lois ou les nouvelles lois ne sont plus en lien avec le christianisme. Elles ne sont plus accordées avec ce que notre Seigneur Jésus a apporté comme message de lien véritable avec le Ciel et d’Amour véritable avec notre prochain.

Alors la croix de Jésus n’est plus respectée et ce n’est plus que deux bouts de bois qui n’ont plus de sens. Ou à laquelle il manque un axe.

Vivons la tête dans le Ciel avec les deux pieds sur la terre.

Que Dieu vous bénisse

Le curé

 

La loi NOTre tue les communes


La loi NOTRe, Nouvelle Organisation Territoriale de la République, approuvée le 7 août 2015, vient à la suite de la loi RCT (Réforme des Collectivités Territoriales) du 16 décembre 2010. Ces deux lois viennent modifier en profondeur tout le socle institutionnel de notre pays.

En bref et selon MBC, (association des Maires pour le Bien Commun, mairespourlebiencommun.fr ), voici résumée la loi NOTRe qui s’impose sans consultation de la population :

A. Le premier échelon territorial qu’est la commune est vidé de sa substance.

B. Le projet est de transférer l’essentiel du pouvoir communal vers l’échelon intercommunal.

C. Cette réforme territoriale, imposée par l’Europe pour réduire les dépenses publiques, a malheureusement l’effet inverse.

D. Le gigantisme des intercommunalités impose une gestion bureaucratique éloignée des réalités du terrain et la légitime décentralisation se transforme actuellement en une inacceptable reconcentration jacobine.   

La loi NOTRe achève le plan de dislocation de notre pays. La réforme sur la taxe d’habitation contribuerait à ce plan en privant les communes de revenus et d’autonomie fiscale. Comme la taxe professionnelle, elle serait remplacée par le versement d’une compensation … Or une taxe est versée en échange de services. En la transformant en compensation calculée sur des bases complexes et arbitraires et versée au bon vouloir de l’état, elle pourrait disparaitre sans explication tangible. Pourtant et comme toujours, les choses nous sont présentées avec les meilleures intentions du monde. Officiellement, la volonté du gouvernement est de réduire la pression fiscale, « le mille-feuilles administratif » et les dépenses publiques…

Dans les faits :

Les élus des petites communes sont des bénévoles qui sont remplacés par des fonctionnaires et des complications administratives ce qui, selon la Cour des Comptes, engendre un surcoût de 61.8% sur les dépenses publiques (Rapport de la cour des comptes 2014, page 130).

Le « mille-feuilles administratif » loin d’être simplifié est augmenté de strates aux missions mal définies.

Quant à la pression fiscale … avec quel argent l’Etat compte-t-il verser les compensations aux communes ? Et les communes privées d’une part de leur revenu ne devront-elles pas augmenter ailleurs les impôts ?

Ces lois de réaménagement du territoire sont des mines à fragmentations disséminées sur notre sol. Le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), par exemple, suggère « autoritairement » des mises aux normes européennes tel que le nombre de places de parking, le nombre de logements sociaux, les accès pour personnes handicapées… tout cela entrainant des dépenses de moins en moins couvertes par des revenus progressivement confisqués. La faillite prévisible des communes donnera une nouvelle bonne raison pour vouloir leur fin.

Le PADD s’autorise même à commenter sur le regrettable « enclavement de nos exploitations agricoles » Que faut-il comprendre ? Les populations des bourgs et des cités seraient concentrées dans de grandes agglomérations et les campagnes seraient composées de logements sociaux habités par de la main d’œuvre agricole bon marché au milieu de grandes étendues « exploitées » à outrance par des groupes financiers propriétaires de grandes exploitations désenclavées !? Ceci ne serait plus la France mais l’URSS ou l’Amérique du sud passée au fil du sabre des financiers de Wall street !

Le système en nous privant de la commune nous prive de l’échelon véritablement démocratique et de cette autonomie nécessaire pour notre édification personnelle et collective. La subsidiarité est le devoir de s’assumer dans la mesure de ses moyens. Or, le principe de subsidiarité en droit de l’Union européenne « vise à privilégier le niveau inférieur d’un pouvoir de décision aussi longtemps que le niveau supérieur ne peut pas agir de manière plus efficace. » Que veut dire plus efficace dans le cerveau des hauts fonctionnaires de l’Europe « Maastrichtienne » ? Plus efficace pour qui, pour quoi ?

Il semble plus prudent de retrouver la définition qu’en donne le Pape Pie XI dans l’Encyclique Quadragesimo Anno :

 » On ne saurait changer ce principe si grave de philosophie sociale : de même qu’on ne peut enlever aux particuliers pour les transférer à la communauté, les attributions dont ils sont capables de s’acquitter de leur seule initiative et par leurs propres moyens, ainsi ce serait commettre une injustice en même temps que troubler d’une manière très dommageable l’ordre social que de retirer aux groupements d’ordre inférieur, pour les confier à une collectivité plus vaste d’un rang plus élevé, les fonctions qu’ils sont en mesure de remplir eux-mêmes ».

Nous voici donc bien avertis et si notre première reconquête devait s’appeler Subsidiarité ?!

Stéphanie Bignon,

Terre et Famille, le 30 novembre 2017

 

Une version allégée se trouve sur le Boulevard Voltaire :

http://www.bvoltaire.com/loi-tue-commune-consulter-population/

Programme de T&F 2018

Programme de Terre et Famille, printemps 2018

Samedi 17 mars, 19h00 : Marie-Françoise Ousset nous présente la culture française à travers de nombreuses photographies. Cette conférence est ouverte à tous les âges. Venez nombreux en famille !

Samedi 28 avril, 20h30 : Paul Rignac nous présente l’histoire de la Petite Eglise en Charollais-Brionnais qui résulte du double refus de la Constitution civile du clergé (1790) et du concordat de 1801 par une partie de l’Église de France.

Samedi 9 juin, 20h30 : Bérénice Levet, philosophe et spécialiste de Simone Weil, nous parlera de l’enracinement.

Toutes nos conférences ont lieu en salle communale et sont suivies d’un buffet composé des spécialités familiales que chacun voudra bien partager autour d’un verre de l’amitié offert par Terre et Famille (Pas d’inscription et participation libre). Nos conférences sont filmées et disponibles sur notre site terre-et-famille.fr.

Terre & Famille : Stéphanie Bignon, La Beluze 71110 Briant terreetfamille@gmail.com

Stéphanie Bignon (07.68.14.41.88) et Elisabeth de Malleray (06 52 45 21 00)

Agenda / Programme

Sang des martyrs, semence de Chrétiens

extrait du martyrologe 16 et 17 décembre

16 Décembre

Saint Eusèbe, évêque de Verceil et martyr, dont l’anniversaire est mentionné le jour des calendes d’août (1er août) et l’ordination le 18 des calendes de janvier (15 décembre).

Les trois saints enfants, Ananie, Azarias et Misaël, dont les corps furent inhumés dans une grotte, près de Babylone.

A Ravenne, les saints martyrs Valentin, officier militaire, son fils Concorde, Naval et Agricole, qui souffrirent pour le Christ durant la persécution de Maximien.

En Afrique, la passion de plusieurs saintes vierges qui, durant la persécution des Vandales, sous le roi arien Hunnéric, suspendues ayant aux pieds de lourdes pierres et brûlées avec des lames rougies au feu, achevèrent heureusement leur martyre.

À l’abbaye de Seltz en Alsace, l’an 999, la naissance au ciel de sainte Adélaïde, qui épousa Otton Ier et devint impératrice. Elle manifesta une gravité pleine de charme aux gens de sa maison, une dignité très noble aux étrangers, une bienveillance infatigable aux pauvres et une largesse très abondante pour honorer les églises de Dieu.

Près de Mukdahan en Thaïlande, l’an 1940, le bienheureux Philippe Siphong Onphitak, martyr. Père de famille, il fut choisi comme chef de la communauté chrétienne pour remplacer le prêtre de Sog-Khon, expulsé, et, quand commença la persécution contre les chrétiens, il fut conduit au bord de la rivière Tum Nok, torturé et fusillé.

Et ailleurs, on célèbre la mémoire de beaucoup d’autres saints martyrs, confesseurs et saintes vierges. Rendons grâces à Dieu.

17 Décembre

A Rome, l’anniversaire de saint Jean de Matha prêtre et confesseur, fondateur de l’Ordre de la Très Sainte Trinité pour le rachat des captifs. Sa fête, par décision du pape Innocent XI, se célèbre le 6 des ides de février (8 février).

A Marseille, en Gaule, le bienheureux Lazare évêque, frère des saintes Marie-Madeleine et Marthe. L’Evangile nous apprend que le Seigneur l’appelait son ami et qu’il le ressuscita d’entre les morts.

A Eleuthéropolis, en Palestine, les saints martyrs Florien, Calanique et leurs compagnons au nombre de cinquante huit. Ils furent massacrés par les Sarrasins, pour la foi du Christ au temps de l’empereur Héraclius.

A Grand-Bigard, près de Bruxelles, en Brabant, sainte Vivine vierge. Ses nombreux miracles témoignent de son éminente sainteté.

À Andenne dans le Brabant, en 693, sainte Begge, veuve. Sœur de sainte Gertrude de Nivelles, après l’assassinat de son mari Ansegise, elle fonda le monastère de la bienheureuse Vierge Marie, sous les règles des saints Colomban et Benoît.

Le même jour, la translation de saint Ignace, évêque et martyr, qui, le troisième après le bienheureux Apôtre Pierre, gouverna l’Eglise d’Antioche. De Rome, où sous Trajan il avait consommé son glorieux martyre le 13 des calendes de janvier (20 décembre), son corps fut transféré à Antioche, et inhumé dans le cimetière de l’église, hors de la porte de Daphné. En cette solennité saint Jean Chrysostome prononça un discours devant l’assemblée des fidèles. Plus tard ses reliques furent reportées à Rome et placées avec beaucoup d’honneur dans l’église de Saint-Clément, avec le corps de ce bienheureux pape martyr.

Et ailleurs, on célèbre la mémoire de beaucoup d’autres saints martyrs, confesseurs et saintes vierges. Rendons grâces à Dieu.

Programme de Terre et Famille, printemps 2018

Samedi 17 mars, 19h00 : Marie-Françoise Ousset nous présente la culture française à travers de nombreuses photographies. Cette conférence est ouverte à tous les âges. Venez nombreux en famille !

Samedi 28 avril, 20h30 : Paul Rignac nous présente l’histoire de la Petite Eglise en Charollais-Brionnais qui résulte du double refus de la Constitution civile du clergé (1790) et du concordat de 1801 par une partie de l’Église de France.

Samedi 9 juin, 20h30 : Bérénice Levet, philosophe et spécialiste de Simone Weil, nous parlera de l’enracinement.

 

Toutes nos conférences ont lieu en salle communale et sont suivies d’un buffet composé des spécialités familiales que chacun voudra bien partager autour d’un verre de l’amitié offert par Terre et Famille (Pas d’inscription et participation libre). Nos conférences sont filmées et disponibles sur notre site terre-et-famille.fr.

 

La peste à Marseille en 1720

La peste à Marseille et Mgr de Belsunce

L’histoire nous est racontée par Marion Sigaut à la veillée lors du pèlerinage de Terre et Famille vers Cotignac

 

Le bateau Grand Saint-Antoine partit de Sidon en janvier 1720, patente nette (sans maladie à déplorer).

Mais .. lors du voyage, on constate six morts à bord. Le capitaine s’isole à la poupe.

  • Le 25 mai 1720 Grand Saint-Antoine arrive à Marseille, déclare ses morts
  • Le port de Libourne fournit un certificat daté du 14 mai, dernier port où il a relâché : « fièvre maligne pestilentielle »,

Ce terme est ambigu … Si c’est la peste, on dit peste.

Le capitaine ne cache rien, mais il fournit un document ambigu.

La moindre des choses était d’isoler le bateau, hommes et biens, pendant une quarantaine en mer. Le mieux aurait été d’éventer toute la marchandise au risque de la gâcher au vent et au soleil. Mais, on déchargea les tissus précieux et on isola les autres… Puis, on envoya à terre les passagers qui firent entrer en ville des tissus infestés par les puces, porteurs de peste. Aucune des précautions habituelles n’a été prise, alors que le soupçon était énorme.

La peste est entrée dans Marseille parce que ceux qui étaient chargés de sa sauvegarde étaient propriétaires d’une cargaison précieuse qui devait atteindre la foire de Beaucaire deux mois plus tard.

Or il est certain que :

  • Le bateau a bien quitté Livourne le 14 mai
  • Mais qu’il était à Toulon le 4 mai et a relâché au Brusc.
  • Qu’il en est parti le 10 mai pour Livourne où on lui a donné ce certificat ambigu.
  • qu’il a eu tout le temps,  le 4 et le 10, de prendre  ses ordres de Marseille qui SAVAIT que le bateau était contaminé.
  • Que les autorités de Livourne ont donné un certificat de complaisance qui pouvait être interprété, alors qu’elles avaient interdit tout débarquement.

La responsabilité des autorités marseillaises est TOTALE.

Les copropriétaires et armateurs du bateau et de sa cargaison sont :

  • Le capitaine
  • Jean-Baptiste Estelle, premier échevin
  • Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, échevins également.

Le capitaine passera la contagion en prison, les trois autres deviendront les héros de la ville. C’est l’histoire d’une rédemption qui nous est contée.

  • Portée par des puces de rats, tous morts pendant le trajet, le bacille de la peste est entré dans la ville sur un tueur de 3mm  caché dans les replis d’étoffes précieuses.
  • Un mois après le débarquement, 6 personnes étaient mortes dans le Lazaret, zone de quarantaine à terre, malheureusement authentique « passoire ». 
  • Le chirurgien préposé à l’inspection donnait le même diagnostic : « mort de maladie non contagieuse. »…. 
  • Le 6 juillet, contrevisite par médecin : le diagnostic de la peste est enfin posé.

Le 9 juillet on se décide enfin à envoyer par le fond toutes les marchandises du Lazaret.

Trop tard, évidemment. 

Le 13 juillet, des allèges venant de Marseille seront vus à Arles en direction de Beaucaire : la marche inexorable du profit va porter la peste en Provence…

En ville on annonce la mort d’une femme. Puis de deux, avec bubon et charbon. 

La peste est à Marseille, elle va tuer un Marseillais sur deux en moins de six mois.

Le salut des autres va tenir au dévouement inimaginable d’une poignée de héros. :

  • Quatre échevins : Jean-Baptiste Estelle (58) ,  Jean-Pierre Moustier, Jean-Baptiste Audimar et Balthazar Dieudé, représentants de la ville.
  • Le marquis de Pille et Pichatty de Croissainte, permanents de la mairie. Ils seront jour et nuit de tous les travaux, toutes les corvées, toutes les responsabilités, sans dormir sans s’arrêter, sans penser à eux-mêmes. 
  • Le chevalier Roze, (45ans) venu de la ville se mettre à la disposition de ces Messieurs.
  • Henri de Belsunce, évêque de Marseille.

Le dévouement des échevins :

  • Ils prennent contact avec l’autorité royale, à Aix, siège du Parlement de Provence et de l’intendant. 
  • Jusqu’au bout le contact sera conservé avec l’extérieur, par l’intermédiaire d’un sas de campagne où les courriers peuvent être échangés.
  • on enterre les morts nuitamment pour ne pas affoler la population.
  • 10 juillet, à 23h, Jean-Pierre Moustier se rend place de Lenche (Linche) avec deux personnes. Sans faire de bruit on monte à l’étage, on descend  le mort, un malade et les bien portants. Puis on emmène tout ce monde sur la pointe des pieds. La porte sera murée peu après à chaux et à sable….Puis on recommence le lendemain.
  • Et petit à petit l’information commence à circuler. Mais les autorités essayent de rassurer la population … La vérité va mettre des semaines à être reconnue. Ce sera la ruée vers les portes de la ville, mais trop tard.

Le 31 juillet la ville est bouclée. Marseille est coupée du monde. Il n’y a plus aucune issue.

  • Quand ils ne courent pas pour localiser les malades et faire enlever les morts, écrire à l’intendant et répondre au courrier, les échevins font les comptes : Il n’y a plus d’argent sauf de maudits billets dont personne ne veut, plus de blé, plus de viande, tout le monde s’enfuit et personne n’obéit plus à personne. Mais JAMAIS ils ne baisseront les bras.
  • Deux médecins suggèrent de faire de grands feux pour « brûler les corpuscules infects » et délestent la ville du bois dont on ne pourra plus cuire le pain. On rassemble alors les médecins disponibles et on leur annonce qu’ils seront rémunérés par la mairie : interdiction de faire payer les malades. On leur fournit des sarraus de toile cirée qui les prémuniront (les puces ne s’accrochent pas sur cette toile enduite). Puis la mairie lance un emprunt pour remplir ses caisses. Elle nomme des commissaires par quartiers pour assurer l’ordre et la distribution de pain et on fait venir du grain par le sas extérieur arrangé avec Aix. Enfin, elle ferme toutes les écoles publiques.
  • Un début d’émeute pour le pain mobilise encore les échevins : Des soldats en garnison au fort Saint-Jean viennent menacer de se servir par les armes si on ne leur en fournit pas. Jean-Pierre Moustier leur fait  face : « Mettez-vous à la tête de vos soldats,; moi de mes bourgeois, et nous verrons. » … Les soldats reculent, penauds. Quand le blé arrive, on en fixe le taux et on interdit de le vendre plus cher : c’est la taxation.

Les morts sont désormais transportés en plein jour, par charrette d’abord, puis par tombereaux entiers. Au début on les met dans des tombes, puis dans des fosses, puis les fosses débordent. On ouvre où on peut des hôpitaux pour accueillir les malades. En deux jours ils sont pleins et en 24h les malades sont morts. Le chevalier Roze, responsable de la rive Neuve, en fait ouvrir à ses dépens. Mais médecins et chirurgiens ont déserté en masse. On peut compter sur QUATRE médecins. Le régent en fait venir de Montpellier. Ils seront une calamité jusqu’à leur départ. Incompétents, pédants, dépensiers, inutiles ou même calamiteux ils se feront payer des fortunes leur outrecuidance mortelle pour tous ceux qu’ils approcheront :  purges et saignées, ils tuent leurs malades.

Pour creuser les fosses, les échevins s’y collent encore et font travailler ceux qu’ils ont réussi à faire venir. En plein soleil, à Marseille. Ceux qui se sont enfuis en mer jettent les cadavres par-dessus bord et le port est couvert de corps en putréfaction. Nicolas Roze se chargera d’aller chercher les malades en mer, puis de tirer au sol des morts pour les ensevelir. Nicolas Roze sera un des héros les plus admirables de la peste. « Nous craignons que nos têtes ne puissent y suffire, quand elles se partageraient en dix. Que le bon Dieu  aie pitié de nous ! » gémirent-ils dans une lettre à le 5 août.

Autre preuve de leur total désintéressement ? 

Le marquis de Pilles laissa s’établir le principal hôpital à quatre pas de son hôtel. 

Jean-Baptiste Estelle, marchant au transport de cadavres, glissa une nuit sur quelque débris gluant  et s’étala de tout son long sur un cadavre. Il se releva, fit charger le mort dans la charrette et repris sa course, imperturbable. 

Jean-Pierre Moustier, reçoit un jour sur la joue un emplâtre fumant de pus qu’on venait de jeter par une fenêtre. 

Il l’en décolle, se nettoie la joue avec une éponge vinaigrée, et reprend sa course.

Le 27 août, nouveau drame : le marquis de Pilles tombe malade et ne peut sortir de son hôtel. 

On aurait pu croire les édiles indestructibles, mais non, c’était leur tour. 

 

Le 27 août, nouveau drame : le marquis de Pilles tombe malade et ne peut sortir de son hôtel. On aurait pu croire les édiles indestructibles, mais non, c’était leur tour…

Le 30 août, en une nuit, mille nouveaux morts, alors qu’on n’avait pas encore réussi à enterrer les précédents. Les forçats qui servent de corbeaux sont tous morts ou malades et l’arsenal des galères ne veut plus en donner. 

Le 3 septembre, les quatre échevins, l’archivaire, le caissier et le secrétaire de mairie font les comptes : depuis le début de juillet, la municipalité avait perdu cinq cents personnes. Il ne reste qu’un ou deux lieutenants, un capitaine et quelques valets de ville. Tout le reste a péri et eux, sont sept ! Ils retournent à l’arsenal demander des hommes (qui auront la liberté). Grâce à cette idée les expéditions reprennent, Jean-Pierre Moustier en tête : du lever au coucher du soleil les échevins charrient des cadavres, débarrassent les rues, tiennent la permanence à l’hôtel de ville, courent dans tous les sens pour régler mille problèmes. Ils font construire un hôpital de plein air. Le mistral le met à bas. On le reconstruit… Ils travaillent sans relâche… Un matin, on apprend que des fosses pleines du côté de la Major se lézardent. Il faut impérativement les recouvrir. Jean-Baptiste Estelle se rend à la porte d’Aix où on en creusait de nouvelles. Il se fait donner les paysans qui y travaillaient. Les paysans refusent d’approcher la fosse empestée et les militaires n’en viennent pas à bout. Jean Baptiste Estelle prend une pioche des mains d’un paysan, et il pioche, et pioche, tout seul, en plein soleil. Les autres ont suivi et refermèrent la fosse.

Le 12 septembre enfin l’autorité est rétablie : Langeron est nommé commandant en chef avec tous les pouvoirs à Marseille.

Les Echevins de Marseille, firent la promesse que chaque année, une messe serait célébrée pour rappeler cette consécration. C’est désormais la Chambre de Commerce de Marseille, qui offre un cierge à l’archevêque, en présence du premier magistrat de la ville, du représentant de l’Etat, des élus, des autorités civiles, militaires, économiques. Cette cérémonie a eu lieu vendredi 23 juin dernier.

Deux semaines plus tard, le 15 novembre, a lieu une nouvelle cérémonie aux Accoules avec une foule immense. Monseigneur de Belsunce sanctifie et bénit la ville et le diocèse. Le 10 décembre on ne signala aucun mort. La peste était terminée. Marseille et son terroir ont perdu en tout 50 000 personnes : la moitié de la population.

 

à suivre ….

Nouvelles de Terre et Famille

Le 23 novembre 2017 :

29e Rencontre de l’Espérance 

Le Jeudi 23 Novembre 2017 à 20h
( Lieu : salle paroissiale de Saint Lambert de Vaugirard, 117 rue Blomet, Paris XV° –  Métro : Vaugirard) 

 LA CHASTETE, UNE ECOLOGIE RADICALE

Diagnostic et remèdes aux maux de notre temps … par

STEPHANIE BIGNON

Le 5 décembre 2017 : A Chalon sur Saône,  20h 30  1, impasse milon à Chalon sur Saône.  (Cure St Pierre) « La chasteté, le plus bel acte d’amour » de Stéphanie Bignon.

Le 10 décembre 2017 : Villepreux « Renaissance catholique »

Le 18 décembre à 19h30 : à Paris « Cercle de l’aréopage », conférence sur l’arme que constitue l’art contemporain, 9 rue du vieux colombier à Paris

Le domaine de Beaulieu

 

Le domaine de Beaulieu est maintenu depuis huit générations afin de sauvegarder toutes les valeurs qu’il porte et qui ont fait la France chrétienne. La chapelle datant du moyen âge est un joyau auquel nous tenons beaucoup.
Tout ce que nous développons ici respecte la nature et les hommes : une agriculture nourricière de qualité, l’accueil pour vos fêtes familiales et vos séminaires, pêche, chasse à l’arc sur gibier sauvage, parcours de 20 cibles animalières en 3 dimensions pour le tir à l’arc, et aujourd’hui c’est la fromagerie que nous inaugurons. Celle-ci a débuté sa fabrication de produits laitiers au mois d’avril dernier après 3 ans de montages administratif et financier et de construction que nous avons réalisés entièrement avec notre personnel, nos amis et toute notre famille ici présente.

La « Fromentellerie » : sa racine est le Froment, fruit de la terre et du travail des hommes. La deuxième partie du nom représente toutes les petites mains qui travaillent artisanalement pour réaliser les meilleurs produits dans l’intérêt des consommateurs (telle la coutellerie).

Permettez moi de commencer par remercier mes parents aujourd’hui disparus pour l’héritage de courage, de lucidité, d’entrepreneur et d’ouverture aux autres qu’ils ont su me donner. Je tiens aussi à remercier mon épouse Fabienne et nos 2 enfants et tous ceux qui ont mis leur énergie, leur cœur et leur intelligence pour faire aboutir ce projet et le faire fonctionner. Je remercie aussi le père François Labbé qui a béni notre fromagerie.
Sans la source financière, cet atelier de fabrication n’aurait pas pu naître. En effet, nous avons réalisé un crowdfunding où nous avons pu obtenir 30 000 euros notamment grâce au Professeur Joyeux qui nous a dédié sa newsletter du mois de décembre 2015. Nous avons également fait appel au mouvement des cigales.. Je tiens à remercier tout particulièrement notre président du département qui a su défendre et comprendre notre démarche. Sans la subvention obtenue, nous n’aurions pas réussi à financer cet atelier tant les normes imposées nous contraignent à assumer des investissements démesurés par rapport à notre taille.
A Beaulieu nous développons l’Agriculture bio holistique : c’est une agriculture qui a une obligation de résultats, et non pas uniquement de moyen, elle favorise l’emploi rural , respecte les paysages et la nature, obtient des aliments de bonne qualité nutritionnelle qui doivent avoir de l’odeur de la saveur et qui se conservent. Ce projet est la continuité de cette agriculture familiale. Ici, nous défendons la paysannerie qui est au service des consommateurs et non au service de la finance.

D’où je viens ?
Je suis né en France, pays choisi par Dieu pour défendre la religion chrétienne, issu d’une famille paysanne très pratiquante qui a toujours œuvré pour la défense des valeurs humaines et la transmission de ce qu’elle avait reçu. Mes parents ont maintenu ce patrimoine agricole et cette propriété chargée d’histoires pour ne pas perdre leurs racines et en aider d’autres à redécouvrir les leurs. J’ai connu cette ferme paysanne ou travaillait ma famille mais aussi 5 personnes qui habitaient le village. L’assolement était varié ainsi que les espèces animales. La transformation du lait en produits laitiers et la pratique du circuit court fonctionnait très bien. Nous vivions en harmonie avec nous même dans ce monde rural ou transpirait le bien-être et la joie de vivre.
Dans notre village il y avait une multitude de petites fermes, toutes avec la mixité culture et élevage, ou travaillaient beaucoup d’hommes et de femmes. Et puis il y avait de nombreux artisans et commerçants divers pour répondre localement aux besoins de chacun (4 cafés pour 350 habitants où l’on se retrouvait pour jouer aux cartes), il y avait une poste, une école une mairie et une église toujours pleine les dimanches. Les circuits courts étaient la pratique la plus développée, permettant ainsi la juste rémunération du travail fourni.
J’ai eu la chance de travailler avec des personnes loyales et dévouées qui ne ménageaient pas leur énergie. Ils ont été des exemples qui m’ont aidé à définir le chemin que je devais prendre.

Qui suis-je ?
J’étais un agriculteur qui s’efforçait de garder l’exploitation avec son élevage laitier qui m’avait été transmis par mes parents, avec toutes les contraintes qui ne cessaient de s’amplifier au fil des années (industrialisation de l’Agriculture). Ce modèle nous entraine dans une course sans fin aux économies d’échelle.
De 40 vaches en1985 je suis passé à 80 vaches en 1986, de 4000 litres par vache et par an à 9200 litres en 1995. Dès 1986 j’avais choisi d’abandonner petit à petit l’ensilage pour une ration sèche à base de foin et de céréales. J’étais en train de perdre le sens de mon métier. Les difficultés financières liées à l’élevage et la difficulté à trouver du personnel compétent et motivé m’entrainaient vers le désir d’arrêter la partie élevage pour me consacrer uniquement à la culture en quête des subventions.

Où je veux aller ?
Je veux redonner du sens à notre vie, pour cela je devais me ré enraciner pour mieux m’élever, c’est-à-dire prendre le modèle de nos ancêtres en y apportant de la modernité. La vocation du paysan étant de donner la vie et de travailler pour se nourrir. Je dois arrêter de courir après ces économies d’échelle par les volumes et l’agrandissement.
C’est ainsi qu’est né le développement de l’Agriculture bio holistique à Beaulieu dès 2009.
Notre objectif est d’arriver un jour à transformer toutes nos productions en produits finis ou en alimentation des animaux et de la terre.
Le lait transformé en fromage, le petit lait servant à nourrir la volaille et les cochons. Les céréales transformées en pain, le son servant de nourriture aux animaux, le lin et le chanvre transformés en huile, les tourteaux nourrissent aussi les animaux…

Ma famille ma foi et mon espérance m’ont donné la force de ne pas abdiquer devant toutes les difficultés que nous pouvons rencontrer. En transmettant à nos enfants et à notre entourage ces valeurs basées sur l’équilibre naturel, j’aurai le sentiment de m’ être élevé sur le chemin de Dieu.

 

Yves de Fromentel