Billet d’humeur de Terre et Famille


Avant de sauver le climat respectons les saisons !

« Sauver le climat », voilà la chose la plus ridicule que nous pouvions inventer !

Ridicule parce que ce n’est pas le climat qu’il faut sauver mais la vie, l’intelligence, la civilisation.

Le climat comme toutes les richesses de ce monde est une grâce, un cadeau qui s’accepte sans condition. Le climat change et il est fait pour changer. Notre travail sur cette terre est de faire au mieux pour aimer la vie, pour remercier le Créateur de ses dons.

S’interroger sur le climat quand des fraises produites en décembre voyagent en camion d’un bout à l’autre de l’Europe, quand la moindre chaussette est fabriquée en Chine à coups de trique et de chômage européen, quand le pacte Transatlantique est signé en secret depuis juillet 2015 nous annonçant pour 2016 sa cohorte de produits alimentaires modifiés et dangereux … c’est se moquer du monde ! Nos gouvernants ne sont pas au service de notre pays…mais alors au service de qui sont-ils ?

Croyez-vous fortuits ces phénomènes de fièvre catarrhale (voir article d’octobre 2015 sur terre-et-famille.fr), de grippe aviaire… à la veille de mettre en place le pacte transatlantique (TAFTA) ? Quand notre agriculture, notre industrie seront anéanties, le TAFTA s’imposera naturellement dans la sidération et la misère. Tout est orienté vers notre perte de souveraineté et notre asservissement et vers les profits toujours plus indécents d’une hyper-classe mondiale.

Sauver le climat quand on ne respecte pas les saisons c’est du volontarisme révolutionnaire. La réalité de l’échelon local est méprisée au profit de l’idéologie et de la toute-puissance du Régime globalisateur. Le propre de l’idéologie est de s’intéresser à l’universel, au global sans partir du particulier. La méthode est toujours la même et nous la retrouvons dans la planification agricole communiste, dans le calendrier révolutionnaire avec ses mois de pluviôse où il était censé pleuvoir ! Sauver le climat sans se soucier des saisons, c’est  nous inventer une guerre pour nous détourner du réel, c’est nous proposer l’abstraction sans l’incarnation, c’est nous imposer le tumulte des élections régionales alors que nos métabolismes à cette saison et par ces courtes journées aspirent naturellement au calme de l’Avent !

Voici des années que j’essaye de vivre plus profondément cette période où la lumière décline doucement, où la vie se meurt provisoirement avant d’entrer dans la gestation hivernale avec l’allongement du jour, le retour de la lumière… Noël se mérite, s’attend, se savoure, s’approfondit… dans l’Avent. Non, Noël n’est pas seulement la vitrine illuminée des grands magasins, c’est Le Cadeau suprême du Créateur à ses créatures : la liberté d’enfant de Dieu, la liberté de cheminer personnellement vers la lumière, de se soustraire à l’arbitraire de régimes illégitimes, par l’esprit d’abord. Noël c’est la possibilité de sortir enfin de la grotte de Platon, celle où nous étions tous enfermés et soumis à une montagne d’images (Bilderberg en allemand…) infantilisantes, aguichantes ou terrorisantes et nous confortant dans l’illusion de vivre… Et au lieu de pouvoir me laisser aller à ces méditations automnales de l’Avent, je suis contraintes de subir les élections régionales et leurs campagnes insignifiantes. Je suis condamnée à redescendre au fond de la grotte , au fond du gouffre de l’illusion démocratique…

Bien sûr nous gardons l’espérance et nous pourrions voir dans ces élections une certaine réaction … Mais il faut aller jusqu’au bout du raisonnement et réaliser que tout de nos vies est décidé à notre place (naissance, éducation, mariage, mort…) par un système de plus en plus jacobin et mondial auquel toute formation politique doit faire allégeance pour exister. Pour la République française, grande inspiratrice de ce système, le Droit remplace la morale et la transcendance. Elle prétend se suffire à elle-même. Elle est compatible avec tout sauf avec ce qui la dépasse et c’est pour cela qu’elle est profondément anti-chrétienne. Ainsi, ce qui la dépasse, ce n’est pas l’abattage halal sanguinaire, violent et dangereux, ce sont les crèches toujours humbles et apaisantes…

Que veut-on quand nos jeunes chantent « kiss the devil » entrainés par le groupe « Eagles of Death Metal » qui milite pour l’usage de la drogue et la pornographie et se font tuer par des commandos nourris par nos impôts ?

Que veut-on quand à Anzy le Duc le vitrail de la Sainte Croix est menacé de remplacement par une « œuvre »  contemporaine-financière  (voir terre-et-famille.fr novembre 2015) ?

Que veut-on quand au lieu de nous laisser vivre cette fin d’année dans le calme nécessaire aux bilans, aux réflexions, aux rythmes biologiques ralentis et à l’Avent, on nous impose la campagne électorale ?

Qui commande, qui préside à la destinée de notre pays pour que rien n’échappe à la perversion ?

Profitons de cette période de l’Avent pour méditer…

Stéphanie Bignon, Terre et Famille, Décembre 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Souriez, on vous assassine… !

2_le-brionnais

Souriez, on vous assassine…. !   (octobre 2015)

Lors de conversations sur l’actualité trépidante, immigration massive d’invasion, niveau scolaire délabré, policiers dans la rue, chômage en hausse… qui n’a pas entendu dans son entourage : « que voulez-vous que nous fassions c’est la marche du monde depuis le péché  originel », « c’est le sens de l’Histoire » ou «c’est comme ça, nous n’y pouvons rien » ou encore « notre pays doit savoir changer pour s’adapter à la mondialisation ».… Et pendant ce temps notre industrie trépasse, nos agriculteurs se suicident et nos pécheurs disparaissent. Tous ces renoncements ne sont pas très catholiques, gare à l’hérésie!

La méthode d’éradication de notre identité française est à la fois douce et violente et est appliquée partout, dans tous les domaines pour que notre patrimoine, notre mémoire laissent le champ libre à des appétits démesurés de profit et de destruction.

Dernier exemple en date, celui de l’élevage bovin en Charolais-Brionnais (71), l’un des symboles de l’excellence française. Le 11 septembre 2015 les éleveurs de bovins apprennent des autorités sanitaires, par un simple courrier électronique  qu’en  raison de la fièvre catarrhale, toutes les exportations sont stoppées … Cette fièvre est transmise par un moucheron en période de sécheresse et elle n’est pas contagieuse ni pour les animaux, ni pour l’Homme. Les anciens l’appelaient la maladie de la « langue bleue » et ne se sont jamais laissé impressionner par elle. Mais aujourd’hui c’est la guerre totale à la « langue bleue » et la zone concernée a été décrétée «périmètre rouge» ! Les bêtes peuvent être conduites à l’abattoir mais aucune ne peut sortir vivante de la zone… à moins d’avoir fait l’objet d’une analyse sanguine pour un coût total de 20 Euros par tête à la charge de l’exploitant… ou d’avoir été vaccinée pour 2 Euros par tête (tarif de 2008) et en partie pris en charge par l’état !! (Ces éléments sont en cours de négociation.)

Pourquoi vacciner contre une maladie non contagieuse, transmise par un moucheron en période de sécheresse… ? Nous sommes à l’entrée de l’automne, il fait 5 °c le matin, le moucheron est mort mais les administratifs et les financiers veillent. Tous deux, agents de la globalisation, comptent bien tirer le meilleur profit de la fièvre bovine. Tels des vampires, les agents de l’administration sanitaire vont s’assurer que les bêtes ne sortiront pas du « périmètre rouge »  vers l’export sans avoir reçu leur dose de molécules fabriquées par le laboratoire Merial. Merial est l’unique fournisseur de ce vaccin et par chance il lui restait quelques invendus après l’épidémie de 2007… ! De qui se moque-t-on ? La dose de vaccin et l’analyse sanguine sont pris en charge par l’éleveur et l’Etat  …. avec notre argent ! La prise de sang 10 fois plus onéreuse que la vaccination est prescrite pour les échanges en France car les vaccins, en nombre insuffisant, sont réservés aux  bovins destinés à l’export  pour l’engraissement.  Par ailleurs, les éleveurs du Charolais ayant noté une baisse de  fécondité chez leurs géniteurs mâles et femelles après  les vaccinations de 2007, refusent ce vaccin.  Les fossoyeurs de notre agriculture sont bien identifiés  et agissent par la pression administrative d’une part et la recherche de profits immédiats d’autre part.

Comme le dit Christine, dont la famille est à la tête d’une exploitation agricole et d’un négoce de bovins : « ç’est trop ! Quelle autre profession subit un chômage technique du jour au lendemain ? Et à qui profite cette humiliation qui consiste à vacciner systématiquement toutes les bêtes destinées à l’export vers l’Italie et l’Espagne? »

Les éleveurs étaient sortis de la sécheresse et arrivaient à la période des ventes d’avant l’hiver, période déterminante pour le commerce et la santé financière des entreprises familiales agricoles. La crise sanitaire savamment orchestrée provoquera une crise économique dans le monde de l’élevage français déjà en difficulté. Ce qui laisse le champ libre aux importations de viande aux hormones d’outre Atlantique.

Dans le même temps, nos politiques qui ne pensent, soit disant, qu’à la prospérité de notre pays nous imposent en l’espace d’un an de regrouper nos communes en communauté de communauté de communes de 15000 habitants minimum… voilà une préoccupation qui prouve combien ils veulent assécher, drainer, jusqu’à la stérilité le terrain.

Les fermes familiales, les PME, les artisans et les petites communes doivent disparaitre pour laisser la place à de grandes agglomérations, de grandes exploitations intensives. Le pouvoir et l’argent sont toujours plus concentrés entre les mains de quelques-uns. Rappelons au contraire les propos de  Chesterton selon lesquels le vrai capitalisme morcelle le capital. La manipulation en cours est une insulte à l’intelligence, mais « plus c’est gros plus ça marche » aurait dit Lénine. Nous serions en train de décentraliser… en centralisant toujours plus, en éloignant toujours plus  les centres de décisions du peuple !

Nous devons comprendre vite la machination qui touche tous les secteurs. Nos pêcheurs bretons sont aussi remplacés par des grandes entreprises avec des flottes et des moyens de pêche surdimensionnés et dévastateurs pour l’océan. Le produit de ces pêches industrielles est chargé depuis d’immenses criées dans de gros camions pour approvisionner les toujours plus grandes agglomérations. Les ménagères bretonnes n’ont plus accès au poisson frais et les marins se retrouvent « à la côte », comme à Erquy dans les Côtes d’Armor  où ils se consolent en admirant leur bateau de pêche rempli de géranium, juché sur un rond-point pour accueillir le touriste !

La colère doit nous prendre, la sainte colère, celle du Christ face aux marchands du temple ! Le monde ne doit pas admettre la loi du marché et la spéculation comme étant son alpha et son oméga. Nous sommes sur cette terre pour déjouer ces tentations et ces dérives de notre liberté de créature de Dieu. Retrouvons le cœur sacré de Jésus au cœur de nos vie et agissons là où nous le pouvons ! L’esprit doit réoccuper la première place avant l’appât du gain. L’esprit a besoin de liberté. Saisissons cette liberté et restaurons nos églises à nos frais, avec notre travail et organisons des chapelets … Reprenons, de cette façon, possession du cœur de nos villages et en cercles concentriques retissons les fibres de la famille, de la paysannerie, de l’artisanat et de la petite industrie  qui ont fait notre pays. Que les petites paroisses renaissent grâce à nous et viennent au secours des communes, vite !

Stéphanie Bignon

 

Témoignage d’un éleveur qu’on assassine….

Bésayes, le 23 octobre

Messieurs nos élus, nos députés,

Aujourd’hui, sur ma ferme drômoise en agriculture biologique, les services départementaux de la protection des populations me demandent d’abattre mes volailles (2000 poules) en pleine santé, en pleine production d’oeufs bio de haute qualité alimentaire. Parce qu’elle avoisine une autre salle d’élevage, séparée par une salle de conditionnement, où s’est révélée la présence d’une salmonelle potentiellement mauvaise pour la santé de nos concitoyens mais non présente sur les oeufs ni sur la viande.

 

Depuis cinq ans, je m’étais engagé, en respectant au mieux les consignes de sécurité, pour desservir et distribuer des commerces locaux, des petits magasins de producteurs, des cantines, des boulangers, des particuliers au sein d’entreprises, quelques cantines de collège ou lycée , par le biais d’Agrilocal, une association qui propose des paniers faisant travailler des jeunes en réinsertion, quelques dons aux sans-abri et aux plus nécessiteux (Associations).

Le département me demandait aussi de lui fournir des oeufs bio pour des occasions particulières :

– Salon Teck&Bio;

– Meeting aérien;

– Inaugurations diverses;

– Salon de l’Agriculture (mes oeufs ont été dégustés jusqu’à Paris).

La charge de travail était importante avec un minimum de 70 heures par semaine, le soutien de mon épouse, ainsi que de deux jeunes salariés.

Les poules pondent sept jours sur sept toute l’année. Les dimanches et jours de fêtes, nous sommes de service et les congés se limitent à trois jours (Tout de même une vraie semaine l’an passé).

Un rythme pénible, mais au service de nos chers clients et consommateurs. Car mon travail en tant qu’agriculteur est de nourrir mes voisins, les habitants de mon pays et de bien les nourrir. La relation de proximité est selon moi une reconnaissance de notre métier, de notre savoir-faire et même un lieu où se tissent des relations humaines simples mais cordiales et chaleureuses. Conscient de ma responsabilité, je prends soin de la santé des consommateurs et du bien-être animal, en m’efforçant de respecter la nature.

 

Aujourd’hui, dans les rues de nos agglomérations fleurissent des Mc Donald, Quick, Kebab et autres fast food.

Malgré cela, notre département est placé en tête de notre pays pour son agriculture biologique. La grande variété de terroirs et des produits fermiers est de plus en plus appréciée, mais encore 60% de nos poulets consommés proviennent d’autres pays. L’Etat ferme les yeux et les consommateurs sont incapables de savoir ce qu’il y a dans leur assiette.

Les produits importés sont fabriqués selon les modes internes aux pays producteurs. Ainsi, en France, on nous impose des obligations qui ne sont pas réalisées dans les autres pays.

Les mesures de précaution ne sont pas adaptées aux risques encourus dans nos élevages. Le danger encouru par l’absorption d’une salmonelle est infime par rapport au nombre de personnes décédées d’un cancer ou même des accidents de la route, ou d’autres problèmes alimentaires…

Cela ne change rien, on ferme les étables, les poulaillers, les porcheries, les unes après les autres. C’est un fait de société. 

Une chose est sûre c’est que l’ambition de beaucoup d’agriculteurs français est de nourrir notre pays. L’autosuffisance devrait être une priorité et la salubrité serait respectée. L’effort de notre monde agricole est énorme pour supporter les réglementations, législations, charges, surmenage, obligations de résultat pour faire face aux investissements financiers et humains.

Le principe d’une réglementation sanitaire pour la protection des consommateurs est nécessaire. Les normes alimentaires et les obligations qui vont avec sont une bonne chose tant qu’elles permettent un bien commun pour la société, en respectant à la fois les consommateurs et les producteurs.

Si le principe est bon en soi, son application actuelle est aujourd’hui pervertie, et provoque la disparition de multiples petites et moyennes fermes, sans pour cela garantir davantage la sécurité sanitaires des consommateurs. Actuellement, trop de normes hyper-contraignantes, coûteuses, chronophages, souvent contradictoires et parfois non compréhensibles par les services eux-mêmes censés les gérer, paralysent l’activité professionnelle des agriculteurs et les découragent de continuer.

Ces contraintes très fortes, lorsqu’elles se cumulent à d’autres difficultés économiques, familiales  ou autres, participent aux suicides trop nombreux des agriculteurs (plus de 200 suicides par an, en France)

  L’objectif de ces normes apparaît alors comme étant un moyen de faire disparaître peu à peu les petites et moyennes entreprises, que ce soit des fermes comme la mienne, ou des petits commerces, ou diverses autres petites entreprises, pour les remplacer par des grosses structures. C’est en tout cas ce qui se dit de plus en plus ouvertement, tant les exemples vécus sont nombreux.

J’estime que ma ferme agrobiologique participe à la bonne qualité de nos produits agroalimentaires, elle est économiquement rentable, et très peu dépendante des aides européennes ou d’Etat, elle respecte et améliore  l’environnement, elle crée du lien social,  et aussi des emplois : deux emplois directs créés, sans compter la participation par divers services induits à d’autres métiers (fournisseurs d’aliments, vétérinaire, etc…).

Cette activité, avec toutes ces conséquences positives sur la société va cesser, à cause de l’application rigoureuse et sans réflexion de fonds, de règlements, qui, encore une fois, s’ils sont nécessaires sur le principe, demandent à être modulés au cas par cas. En effet, si malgré le respect scrupuleux des impératifs sanitaires, administratifs, …, une activité comme la mienne est à la merci d’une telle décision administrative, ce n’est plus la peine de porter un intérêt à fournir une nourriture de qualité.

Pour information le préjudice financier subi se monte à :

–  plus de 16 000 € (coût des poules en début de production),

– 13 000 € de stock d’œufs non commercialisables sinon en casserie,

– 3 000 € d’emballage,

– remboursement des investissements réalisés (mise aux normes du poulailler…).

Préjudice humain : deux jeunes salariés sans activité et une reprise de la ferme beaucoup plus délicate.

Je répète que la bactérie trouvée parcimonieusement dans le poulailler distant n’est pas mortelle, est très commune, provoque principalement des gastro-entérites et que la très grandes majorité des personnes récupèrent en 4 à 7 jours sans traitement (au pire 4 jours d’antibiotiques). D’autre part, la majorité des œufs sont cuits et donc sans danger.

Je me permet de vous demander de prendre en considération ces quelques lignes et de faire tout votre possible pour mettre un terme à ce « martyr paysan » sous la botte de l’administration et de leurs grands principes de précaution.

Je souhaiterais continuer simplement mon activité, pas seulement pour moi, mais aussi pour mes clients et consommateurs, et donc :

  • ne pas tuer mes jeunes poules
  • reprendre la vente d’oeufs de cette salle en renforçant les contrôles avec analyses très fréquentes (une fois par semaine pendant un mois, puis une fois par mois pendant trois mois et ensuite revenir aux contrôles réguliers toutes les 15 semaines).

Ce soir je viens de recevoir la confirmation d’obligation d’arrêt de production, et je n’ose pas le croire !

Avec toutes mes salutations et mes remerciements,

Dominique GREVE

Homélie de Monseigneur Centène, Messe des agriculteurs suicidés le 11 octobre 2015

IMG_3523
Frères et sœurs,
A la lumière des lectures que nous venons d’entendre et en particulier à la lumière de cette question « Bon Maitre, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle en héritage ? », nous sommes réunis ce matin dans cette basilique pour dire notre solidarité avec le monde paysan en souffrance.
Une souffrance qui n’est pas seulement d’ordre économique, même si tout se tient, mais une souffrance qui est plus profonde et qui touche à l’existentiel, au sens même de l’existence, puisqu’elle se traduit, dans un trop grand nombre de cas, par la suppression de la vie.
D’où l’importance de la question posée dans l’évangile de ce jour « Bon Maitre que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle en héritage ? ».
Les croix déposées devant la basilique traduisent la réalité de cette situation comme un signe fort qui veut nous faire prendre conscience de ce drame.
Derrière chacune de ces croix, une vie brisée, parfois dans la pleine floraison de la jeunesse.
Derrière chacune de ces croix, la souffrance d’une famille désemparée qui se croit coupable de n’avoir pas su détecter les signes avant-coureurs, de n’avoir pas su être suffisamment à l’écoute, de n’avoir su trouver les bonnes réponses, les bonnes solutions.
Derrière chacune de ces croix, le sentiment de culpabilité d’un entourage, d’une communauté humaine, qui n’a pas su trouver à temps les chemins d’une solidarité authentique et efficace.
Si un suicide, et toute mort quelle qu’en soit la cause, est toujours un drame parce qu’avec elle c’est un univers qui disparait, le suicide d’un paysan revêt un caractère particulier parce qu’il touche à une lourde symbolique.
Celui qui a la charge de la vie des plantes et des bêtes, celui qui par vocation contribue à la vie de ses frères en humanité en leur fournissant la nourriture nécessaire au maintien et à la croissance de la vie, celui-là, en est venu à détester sa propre vie jusqu’à décider d’y mettre lui-même un terme en se donnant la mort.
Nous sentons bien qu’il y a là une dimension contre-nature qui vient ajouter encore à notre désarroi : celui-là même à qui Dieu a confié la charge de la création, fait œuvre de destruction sur lui-même.
L’élément déclencheur de ce drame est souvent économique. Il n’y a pas que la guerre, il n’y a pas que les armes, qui tuent dans le monde, la loi du marché est bien plus destructrice. Elle commence avec gourmandise puis elle prend la saveur des appétits assassins, des ambitions scélérates, des pouvoirs criminels.
Les excès de la course au profit et d’un productivisme extrême s’opposent à une vision de la terre où le respect de la vie doit être le premier commandement.
Le pape François, s’inscrivant dans la pensée sociale de l’Eglise, ne cesse de nous inviter à être les artisans d’un monde dans lequel l’homme, et non la finance, doit être au cœur du système économique.
Si le paysan est plus vulnérable que les autres aux aléas parfois mortifères de la vie économique de nos sociétés, c’est parce que le lien qui l’unit à son outil de production : la terre, est un lien sacré.
Un capital peut se reconstituer, une usine peut se reconstruire, un magasin peut se racheter, mais le lien qui unit le paysan à sa terre est un lien unique et imprescriptible.
Si l’argent n’a pas d’odeur, la terre, elle, est imprégnée de l’odeur de la transpiration, des larmes et du sang des générations qui nous ont précédés. Elle est une parcelle du sol de la patrie, la terre des pères, elle est un héritage !
Elle est profondément liée à l’identité de celui qui la détient parce qu’il l’a reçue, et il est dans l’ordre des choses qu’il puisse la transmette !
Elle a l’odeur des floraisons, du grain moulu ou des vendanges, elle éveille les sens qui parlent à l’âme.
Elle a l’odeur de la vie et de l’amour, de l’espoir et de la fécondité.
Et, même si depuis les physiocrates on a fait de lui un agriculteur avant d’en faire un exploitant ou un producteur, le paysan sait que sa terre est sacrée parce que l’homme vient de la terre et qu’il doit retourner à la terre.
La terre est le lieu de l’enracinement dans lequel la philosophe Simone Weil voyait « le plus grand besoin de l’âme ».
Le paysan sait cela, il le sait par intuition, il le sait par science infuse, il le sait par grâce divine. « Bénis sois-tu, Père, parce que ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux touts petits. »
Parmi toutes ses parcelles, il en est une qui est plus sacrée que les autres, c’est celle dans laquelle reposent ses morts et qui les sanctifie toutes.
Parce que le lien qui unit le paysan à sa terre est un lien sacré, parce qu’il nous dit quelque chose de la noblesse de l’homme, le paysan veut vivre de son travail. C’est l’honneur de l’homme de vivre de son travail et pas de subventions, de primes et de délais de paiements qui lui font perdre sa fierté.
Le drame de l’agriculture, même s’il est économique, a des racines spirituelles profondes.
C’est donc aussi par des moyens spirituels qu’il nous faut y répondre.
Il faut redécouvrir la beauté de la création et la bonté du créateur comme le pape nous y invite dans sa dernière encyclique.
Le réchauffement du monde ne peut pas être compensé par le refroidissement des âmes !
Il nous faut redécouvrir la solidarité face à l’individualisme, la dimension spirituelle, la prière et le retour aux sacrements face au matérialisme, le sens face à l’action aveugle.
Que sainte Anne, patronne de la terre de Bretagne et Yvon Nicolazic, paysan Breton, nous aident à répondre à cette question que posait l’Evangile de ce jour : « Bon Maitre, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle en héritage ? »
Amen !
+ Raymond Centène
Evêque de Vannes

Métier de potier

Présentation métier de potier

Par Claire Blanc Mathevon : potière professionnelle depuis 1985

Le métier de potier est riche en découvertes, il permet d’entreprendre une confrontation, puis une association, avec les éléments les plus fondamentaux de notre univers : minéraux, air, eau, feu.

Travailler sur un tour, apaise, permet de se concentrer, de se centrer, aide à se construire…

Faire connaissance avec la matière

Tout est transposable… Quand on ne connait pas, une matière, une personne on commence par essayer de la toucher, prudemment, (par la parole pour une personne, par le toucher pour une matière), on voit ce qui se passe, on essaie, on expérimente et on écoute, on sent, on essaie de comprendre comment cette matière (qui est autre) fonctionne. On apprend à comprendre à respecter.

La terre peut nous donner beaucoup à condition de savoir lui « parler » et de la respecter. Cela enseigne patience et humilité.

Centrer la terre sur le tour c’est se centrer soi-même

Le travail sur le tour commence par le centrage. En effet on ne pourra rien obtenir avant que la boule d’argile tourne de manière stable et régulière au centre de la girelle. Il n’y a pas moyen de demander à la terre de tourner rond au centre de la girelle sans se relier à notre propre immobilité intérieure. Il s’agit d’un vrai travail sur soi, à la recherche de notre stabilité, de notre calme intérieur.

Et quelle sensation de joie et de paix lorsque la boule de terre tourne, immobile entre nos mains !

Travailler sur un tour mobilise toute la personne.

On a besoin de notre esprit pour comprendre l’action qu’on entreprend, le corps aussi est sollicité de manière intense car le geste doit être juste et précis.

Il faut développer une capacité de réaction à ce que l’on sent et voit. On doit être présent totalement.

Travailler l’argile enracine dans le concret, loin du virtuel.

Au tournage l‘argile se travaille à mains nues, sans l’intermédiaire d’un outil. Cela instaure une relation directe et concrète entre la cause (notre geste) et l’effet (le résultat visible sur la terre).

La terre ne triche pas, c’est un miroir qui permet d’ajuster immédiatement notre geste, sa précision, sa force…

L’apprentissage de l’immobilité.

Apprendre à tourner c’est aussi apprendre à faire seulement ce qui est nécessaire et à savoir rester immobile car c’est le tour qui se charge de créer la régularité.

Mais c’est très difficile d’être immobile,

soit parce que notre agitation intérieure ne s’y retrouve pas,

soit parce qu’on veut tout maitriser sans laisser de place au travail de l’autre (en l’occurrence le tour),

soit parce qu’on ne parvient pas à trouver une stabilité intérieure qui le permette…

Les transpositions avec la vie spirituelle sont particulièrement intéressantes.

Cours et des stages de tournage : Claire BLANC MATHEVON : Atelier du Grand Bois

71800 ST CHRISTOPHE EN BRIONNAIS

Tél : 03 85 25 92 16

www.poterie-atelierdugrandbois.fr