Page de garde

 


 Ô Marie…
« Du peuple franc, n’es-tu pas la patronne ? »

Reine du Ciel, Patronne de la France,
Prends en pitié nos cruelles douleurs :
Demande à Dieu de guérir la souffrance
De tout un peuple à ses genoux en pleurs.

Lorsque Clovis, courbant sa tête altière,
Donnait au Christ tout un peuple nouveau,
Déjà ton cœur, ô douce et tendre Mère,
Veillait du Ciel sur la France au berceau.

Du peuple franc n’es-tu pas la patronne ?
Oublieras-tu les vœux de ce grand roi
Qui te disait en t’offrant sa couronne :
« Reine du Ciel, mon royaume est à toi »

Reine du Ciel, ce titre séculaire
Du sol français ne s’effacera pas ;
Il est gravé sur le marbre et la pierre,
Aux flancs noircis du bronze des combats.

On sent le cœur renaître à l’espérance,
Bonne Mère, en invoquant ton nom :
Oui, tu viendras, tu sauveras la France,
Et de Jésus nous aurons le pardon !

Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895).

terreetfamille@gmail.com

Les cloches de Nagasaki

« Les enfants d’Urakami attendent avec impatience le premier jour de Noël après la guerre. Même si la reconstruction de la cathédrale n’avance que peu à peu, une grande fête vient illuminer ce jour de la Nativité 1945.

Nous avons déjà raconté dans ce livre à quel point la joie des chrétiens fut immense lorsque l’une des deux cloches fut retrouvée intacte au milieu même des gravats de la cathédrale.

Les cris de joie que poussent les jeunes en enlevant la boue qui enveloppe la cloche restent inoubliables. Malgré quelques éraflures à l’extérieur, le ding, ding, dong, s’élève dans le ciel avec le même son pur qu’avant le 9 Août. Tous ceux qui ignorent cette découverte et entendent tout à coup ce son familier, demeurent si étonnés qu’ils quittent leur cabane, traversent en courant le désert nucléaire et pleurent de joie en s’approchant de la cloche. C’est la veille de Noël, juste avant midi. La cloche annonce la naissance de Jésus. Les chrétiens d’ ont tout perdu, mais à cet instant, dans la tristesse et l’angoisse de leur vie chante une note d’espérance. Tous s’agenouillent et prient d’un seul cœur.

Takashi, au son de la cloche, prie : « Plus jamais la guerre ! la paix pour toujours ! Qu’Urakami soit la dernière victime de la bombe atomique ! Mais aujourd’hui je suis plus effrayée par le cœur de l’homme qui conspire à utiliser cette bombe que par la bombe elle-même, pourtant capable de détruire l’humanité. De ce désert atomique je crie : aimons-nous les uns les autres, travaillons à établir la paix. »

Dans la lumière d’un jour qui se lève, Takashi écrit ce poème :

Dans un nouveau matin,

Une lumière illumine le champ dévasté.

Que sonne la cloche !

Que la paix s’étende sur les cendres !

Cette cloche aujourd’hui encore, chaque jour, matin, midi et soir, résonne dans Urakami. C’est l’Angélus : « Je vous salue, Marie. »  »

 

Extrait du livre Champ de guerre Chant de paix à Nagasaki – Vie du docteur Takashi Nagai, de Harushi Katayama, membre de l’Institut Notre-Dame de Vie au Japon

 

Mercredi 1er Juin : Sainte Angèle Merici

Ô Dieu, qui, par la bienheureuse Angèle, avez voulu qu’une nouvelle société de vierges saintes fleurît dans votre Eglise, faites-nous, par son intercession, la grâce de mener une vie angélique, afin que, renonçant à toutes les choses de la terre, nous méritions de jouir des joies éternelles. Tiré de la liturgie du jour.
Angèle Merici, semblait plus un ange qu’une femme ! Né à Desenzano, localité du diocèse de Vérone en Italie, elle veilla dés l’enfance à garder une grande pureté. Elle ne cherchait qu’à plaire à Dieu, priant de tout son cœur et pratiquant la pénitence. Elle entra dans le tiers-ordre de saint François, et pratiqua la charité avec fidélité. A Brescia, elle entendit une voix céleste qui lui demandait de fonder une société de vierges sous le patronage de sainte Ursule. Angèle prédit tout le bien que firent dans la suite ces Ursuline en se consacrant à l’éducation chrétienne des jeunes filles. Elle mourut à Brescia le 27 janvier 1540 et le Pape Pie VII la canonisa le 24 mai 1805.
On ne compte plus toutes ces belles institutions que les saints ont bâties au cours des siècles. Grâce à eux est née une chrétienté dont nous voyons, malheureusement, les lambeaux disparaître les uns après les autres. Pourtant leur recette d’hier est toujours la bonne aujourd’hui. Si nous menions une vie angélique, pleine de Dieu et toute dévouée à son royaume, nous verrions les même fruits réapparaître… Que sainte Angèle nous inspire !
Pratique : Prions pour que les enfants reçoivent la foi aujourd’hui

Abbé Henri Forestier

« Le message du Sacré Cœur », conférence de Geneviève Vignes à Briant le 21 mai 2022 à 19h00

Nous avons la joie de vous proposer une nouvelle conférence à Briant.

Selon notre nouvelle organisation, nous recevons dans un lieu privé et donc sur réservation : par courriel terreetfamille@gmail.com ou par téléphone au 07.68.14.41.88

Après la conférence nous nous retrouverons autour d’un buffet auquel chacun aura contribué.

Le message du Sacré Cœur

 

Présentation de la conférence : L’homme s’est détourné de l’essentiel et de son Créateur.  Pour retrouver le sens profond de ce qui l’anime,  Il a fondamentalement besoin du Cœur du Christ pour  s’harmoniser au Cœur même de Dieu .  Or le Cœur du Christ n’est rien d’autre que son Sacré Cœur manifesté à Ste Marguerite Marie à Paray le Monial.

Alors même qu’on a tendance à penser que la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus relève d’un lointain passé, force est de constater que répondre  aujourd’hui même aux demandes de Jésus formulées à Marguerite-Marie,   (demandes hélas édulcorées ou même ignorées par le plus grand nombre),  est une urgente nécessité pour relever l’Eglise, régénérer l’état du monde et restaurer nos vies de foi.

Il est stupéfiant de constater combien le message de Jésus à Paray le Monial  fait écho à ce que nous traversons actuellement. Le redécouvrir est indispensable pour tous ceux qui veulent se laisser toucher par le Cœur de Dieu fait Homme !

 

Brève présentation de la conférencière : Geneviève Vignes, née à l’ombre du Sacré-Cœur de Jésus dans un village tout proche de Paray le Monial, a toujours été profondément marquée par le Message de Jésus au point d’en faire sa colonne vertébrale ! Coordinatrice depuis près de 15 ans au Siège de la Garde d’Honneur du Sacré-Cœur qui compte des centaines de milliers de membres de par le monde, auteure de 3 ouvrages sur le sujet, elle intervient régulièrement auprès de groupes pour transmettre le message brûlant de Jésus donné en héritage au monde.