La République ne ment pas toujours…

La République nous promettait la liberté et elle nous agglomère en communautés de communes toujours plus vastes, impersonnelles, inefficaces et corruptibles.

Elle se vante d’être ce souffle nouveau de la liberté mais c’est la liberté qu’elle nous souffle. En entrant toujours plus dans notre intimité, elle est une mère abusive et perverse qui n’aime pas ses enfants mais exige qu’ils lui appartiennent exclusivement.

La République nous veut égaux de gré ou de force ! Pour cela elle nous prive d’exercer notre générosité en nous confisquant nos moyens par l’impôts. Elle fait la charité à notre place mais avec notre argent et bien mal !

Quant à la fraternité, n’en sont dignes que ceux qui se soumettent à elle sans mot dire. Malheur aux insolents qui prétendraient qu’avant elle il existait quelque chose. La République tue tout ce qui n’est pas elle et s’en nourrit, c’est sa seule façon d’exister…

Alors sur quoi n’a-t-elle pas menti ? Elle est née d’un parricide. La mort de Louis XVI, père de la grande Famille de France, était la condition sine qua non à l’avènement de la liberté, l’égalité et la fraternité !
La mère des enfants de France, Marie Antoinette, devait aussi mourir pour libérer le peuple du joug de la loi naturelle. Quant à notre dernier Roi, Louis XVII, à 8 ans il sera condamné à dépérir au cachot … Sur ce sujet, ce régime né de la Terreur n’a pas menti, nous n’aurons bientôt plus ni Père ni Mère !

Il est accablant d’assister à l’accomplissement de ce plan diabolique. Il est pire encore de constater que les détracteurs de ses attaques contre le Père et la Mère défilent aux couleurs de leurs bourreaux. Avec tambours et trompettes, ils scandent la grandeur de ce régime qui leur assène le coup ultime, celui de disparaitre du temps long, de l’Histoire par la rupture de la filiation.

Allons enfants il faut choisir : « Arrière Satan ! La France est ici, avec Dieu », pancarte brandie par un courageux manifestant de 82 ans avant sa destruction par le service d’ordre de la manifestation du dimanche 6 octobre 2019 à Paris.

Stéphanie Bignon

Pour la rentrée, repos dominical obligatoire !

Dans Var matin un abbé de Toulon défend la nécessité du repos le dimanche lors d’une messe du 15Août.

Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis. Psaume en français: Gloire à Dieu, au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
La messe fut extraordinaire – comprenez en latin – jeudi matin dans l’église SaintPie X de Toulon, pour célébrer la fête chrétienne de Marie.
Une messe jalonnée de chants, et le plus souvent dans une langue ancienne, si ce n’est l’homélie du jour « en langue vernaculaire », sourit un fidèle. Étonnamment, en ce jeudi 15 août, le propos s’est focalisé sur la Vierge Marie et le travail du dimanche.
Selon le récit de l’abbé qui menait l’office, Marie n’était-elle pas « apparue en 1873 près de Montpellier à un vigneron, qui travaillait sa terre un dimanche, plutôt que d’aller à la messe »?

Ce que « sape » la République

Pendant son prêche, l’abbé Stéphane Morin s’est porté sur un terrain sociétal, en questionnant « la France laïque et républicaine qui respecte encore le 15 août [par un jour férié], mais sape de plus en plus ouvertement le repos dominical, sous prétexte de développement économique. Ce développement est présenté comme la finalité absolue de notre société matérialiste, et la finalité de notre existence », critique-t-il.
Pour l’homme d’Église, « le respect du dimanche ne dépend pas du respect d’une croyance, mais est lié à un repos, car nous sommes fatigables. Nous sommes ramenés à notre condition de créature ».
En plus que d’être une journée dédiée au culte, le dimanche est un enjeu spirituel que le prêtre n’a pas hésité à confronter à des questions sociales.

« Syndicats ou Gilets jaunes l’ont compris »

L’abbé a ainsi cité « des mouvements aussi divers que des syndicats, la CGT etc., ou des Gilets jaunes, [qui] l’ont compris, intuitivement, même sans se référer, bien sûr, à des principes chrétiens ». Le refus du travail le dimanche ne figure pas a priori comme une revendication majeure des « gilets jaunes ». Qu’importe.
L’abbé poursuit: « Tous ces pauvres gens essaient de se révolter, de résister, de façon différente, face à une société matérialiste, de plus en plus oppressive. Ils sentent que quelque chose ne va pas, qu’ils soient chrétien ou pas ».
En conclusion, « Notre-Dame a veillé à nous rappeler cette exigence du dimanche ».

Revenant sur le chemin de la liturgie traditionnelle, dont cette paroisse
toulonnaise est l’une des représentantes, l’abbé Morin a développé le concept chrétien du dimanche, comme « le premier jour de la semaine, celui qui sera mon repos, et pour lequel la messe est mon premier devoir ».

L’ancien rite

Puis, les chants en latin et en français ont de nouveau rempli l’espace de la vaste nef carrée de l’église Saint-Pie X, dans le quartier de La Rode. Environ quatrevingts fidèles assistaient au premier office.
Le lieu est animé par la congrégation des Serviteurs de Jésus et de Marie, d’origine allemande, mais les messes en latin s’inscrivent dans les pas des Missionnaires de la miséricorde, communauté fondée à Toulon en 2005, qui se présente comme « attachée à l’ancien rite ». Les religieux qui ont officié sont restés majoritairement tournés vers l’autel et la Croix, dos aux fidèles.
À la sortie de la messe pourtant, personne ne voit de particularité à cette façon de célébrer l’office.

« La messe est la messe »

Le vicaire père Dominik la qualifie de « très priante et très profonde ». Une paroissienne se hâte sur son chemin et assure que « quelle que soit sa forme, la messe est la messe. Et la messe est dite ».
Est-elle comprise? Grégoire assure que oui. Le père de deux jeunes enfants, qui vient ici en famille chaque dimanche, apprécie « le missel en français et en latin, qui permet de suivre et même d’approfondir le sens du geste du prêtre ».
L’église s’est vidée, en même temps que d’autres fidèles entraient. Pour un deuxième office, en français.

Var matin, mis à jour le 16/08/2019 à 08:15 Publié le 16/08/2019 à 08:15

 

« Dansez petits ! » par Terre et Famille Tarn


                                                 Le joueur de flûte

 

Chante le joueur de flûte. Son air est charmant et il joue si bien.
Si dignes dans nos costumes d’argent, nous brillons de mille feux. Applaudissez ! Nous sommes de surcroît si Bons.

L’homme que nous avons choisi de mettre à mort ne valait plus rien sur scène, il gâchait même franchement le spectacle. Chez nous tout est rayonnant, respire le bien être, la santé, la bienveillance et l’entraide bien ciblée. Un gâcheur de spectacle est une souffrance pour nous et pour lui-même, privé de la scène, de la réussite et du plaisir … de tout ce qui fait de nous des hommes d’argent, étincelants sous les étoiles !
Zéro rentabilité, zéro espoir d’évolution … Dans l’état d’un nouveau-né, il réveille en nous cette vieille misère, ce souvenir obscur d’un temps passé où les hommes de l’ancienne Terre prêchaient je ne sais qu’elle idée de se soumettre aux lois d’un Créateur !
Les anciens n’avaient rien compris, ils n’opposaient pas dignité et souffrance et trouvaient dans le sacrifice une façon de rendre grâce, de participer à je ne sais quel cortège éternel. Ils enfantaient même des êtres laids et sots et les aimaient ! Merci nous avons évolués et tout cela est révolu, la loi c’est nous qui la faisons, avec la dignité telle que nous la concevons ! Les créateurs sont nos grands génies, artistes, inspirés directement par le son si agréable du joueur de flûte ..

L’éternité est bien à nous, nous ne vieillirons plus demain, la science nous fait renaître, nous rend plus beaux et, pour toujours parés pour le grand défilé ! Les hommes d’argent que nous sommes mutent vers un âge d’or ! Nous atteignons le sommet et cela grâce à l’abandon de toutes ces vieilles croyances bien enterrées.
Avançons dans la danse et colonisons les esprits hésitants.

Le joueur de flûte sait nous guider, son air est si charmant et la mélodie si douce, il nous connaît lui, sait notre grandeur et notre talent ! Nous pouvons tout, nous sommes si puissants !
Sans lui nous serions peut être encore, comme ces pauvres d’esprit, arpentant les villes désertes, habités par le mal, croyant que l’homme est un être de don, un bouffon en somme. Qu’importe ils sont si peu, et bientôt plus aucun n’osera s’opposer à notre mélodie si douce et enivrante.

« Tendez l’oreille et rejoignez la danse, vous êtes comme des dieux ».

SC

Consolation

Eloge de la cathédrale

Je crois qu’ il nous serait impossible de vivre

dans cette ville de grisaille et de givre

si nous ne pouvions pas chaque soir un instant,

dans ton recueillement ogival et constant,

consoler nos douleurs, O seule Cathédrale !

Sans toi, parmi les vents de froidure sépulcrale

il nous faudrait traîner nos lourds péchés charnels

comme des vagabonds tristement éternels.

Sans toi, le long des murs et des ruelles torses

il nous faudrait errer sans espoir et sans forces,

comme des condamnés qui ne souriront plus.

Loué soit à jamais le Seigneur des Elus

qui fit germer au coeur des hommes sans reproche

cette inspiration d’angéliser la roche !

Loués soient à jamais ces hommes embrasés

qui surent revêtir de silences bronzés

d’ombrages infinis, de chantantes lumières

le Mystère Divin des Vérités premières !

Claude Duboscq

Source : le blog d’Anne Brassié, http://annebrassie.fr/

Sri Lanka, Véronique Lévy le 23 avril

 

Au moins 207 morts et 450 blessés, les enfants faisaient leur première communion. Si beaucoup de communiqués de presse évitent de prononcer le mot chrétien, les pierres, elles, hurleront ! Avant de s’effondrer l’une sur l’autre recouvrant vos fausses pudeurs, vos prudences de lâches, vos consensus, vos mondanités et votre indifférence.
Et il n’y aura plus personne pour pleurer. Oserez vous encore ignorer l’Eglise souffrante, l’Eglise persécutée, mutilée, incendiée, martyrisée? Préfèrerez vous toujours ne parler que de celle infiltrée par les agents des sociétés secrètes qui corrompent certaines de ses élites mais ne fragiliseront jamais Sa sainteté; car elle la reçoit du Christ! Et rien, personne, ni la mort, ni l’enfer de votre haine ne l’emporteront sur elle… sur son Espérance, debout comme Marie au pied de la Croix… Debout comme le Ressuscité au matin de Pâques, au Jardin de l’image retrouvée de notre humanité. Bénie en Son Visage. Eternel.
Et Jésus répondit à l’homme: « ta fille n’est pas morte, elle dort… Moi Je suis la résurrection et la Vie. Crois tu cela? … Celui qui mange Ma Chair et boit Mon Sang ne mourra jamais. « 

Notre Dame de Paris, un communiqué de T & F Tarn et deux analyses

 

 

                Un petit coq de métal écrit pour Terre et Famille Tarn,

Je vous ai observés de là-haut et j’ai vu un pays entier les yeux rivés sur le poste de télévision, attendant le discours du président … Au dernier moment changement de programme : la Cathédrale Notre Dame est en feu.

Les téléspectateurs sont émus, surpris, d’autres encore s’en contre fichent .. La flèche tombe, ça fait mal ou ça fait bizarre … On regarde, puisque le spectacle est servi sur écran. C’est une habitude. On regarde sans voir, on souffre sans savoir..

Le feu est maîtrisé … Dans la foulé, on parle d’argent, de plans, d’argent surtout .. ça s’agite, tout le monde veut participer tout à coup ! Quel poulailler !

Mais participer à quoi au juste ?

On ne met pas cinq ans pour rebâtir une Cathédrale, moi je n’ai jamais vu ça ! On ne met pas non plus des fortunes déraisonnables sous prétexte d’aller très vite ! On met du temps, du travail, de la patience et de la prière ! Et si l’on ne respecte pas cela c’est qu’on ne rebâtit pas une Cathédrale ! On rebâtit un bâtiment qui servira, à je ne sais quoi, mais sûrement pas la gloire de Dieu !

Aller vite ?.. Pourquoi ? Tourisme ? Argent ? Pourquoi vraiment ?

Les cœurs sont ils si vieux sur ce sol français ? Vous ne croyez plus alors ? Vous ne voyez plus ? Vous ne vous aimez plus vous même ? Même entre vous vous adorez vous exclure, vous critiquer.. les droitiers, les gauchers, les ambidextres.. pauvres diables, que vous êtes devenus tristes ! Votre trésor a brûlé en direct, votre Sainte Église est en feu et l’oeil humide attend le mouchoir de dollars.. je pleurerais si je n’étais pas en métal…

Ce n’est pas une Cathédrale qui brûle, ce sont les âmes !

Moi le petit coq de métal je suis tombé et je me suis abîmé l’aile mais je n’ai pas lâché mon trésor. Moi, petit coq de métal suis je plus vivant que vous ? Et plus digne de porter un trésor ? C’est impensable ! Je suis un petit coq !

Le feu purifie et des cendres renaît ce qui porte la Vie.

Le vide qui remplit la sphère économique et politique ne donnera que de l’illusion, éphémère, rassurante… Faire quelque chose qui vous donnera l’impression d’innover …

La Vie est dans le cœur de ceux qui prient et qui aiment. Jésus a bâti son Eglise en s’appuyant sur Pierre ! Son apôtre… Un marchant vend, un apôtre suit Jésus. Je suis un coq fier et plein d’espérance et mon trésor est en lieu sûr. J’ai chanté et j’espère vous avoir réveillés, c’est mon travail de coq, je chante toujours trop tôt mais au moins vous savez dans un coin que le soleil se lèvera bientôt.

Le petit coq de métal

 

Chers amis,
Notre Dame fut possiblement attaquée car elle était médiévale… ce feu d’où vient-il ?
L’argent n’y fera rien en terme de grâce… celle de la foi et du coeur des bâtisseurs de cathédrales du Moyen-Age…
La banque cosmopolite ne le voit pas… et cherche à ne laisser aucun vestige de cet âge d’or de la Chrétienté.
Preuve en est le Musée Cluny… lieu désormais affligé voire presque affligeant.
La banque cosmopolite cherche peut – être à anéantir la Sainte Vierge, dernière Reine de France, puisque le Sacré Coeur n’a pas été porté en étendard sur le drapeau … mais qu’ elle, elle règne encore dans bien des cœurs en France et ce aussi de par le monde.
Notre -Dame de Paris est un symbole…
C’est peut-être le temps des prophéties véritables de la Salette…

Ombline, Paris avril 2019

 

Cher amis,

Je vois dans cette catastrophe de Notre Dame deux signes de la
Providence et un Miracle :

1° ) Un avertissement à l’heure où la France est prête à voter
euthanasie , PMA , GPA et j’en passe , la Providence prévient .

2° ) Le Christ , Dieu , est mort sur la Croix pour sauver l’humanité .
Notre Dame est la Maison de Dieu et de sa Mère la Sainte Vierge , notre
Mère à tous . C’est le sacrifice de cette Maison qu’elle a offert pour
rappeler à l’ordre et sauver la France Fille ainée de l’Eglise le
Lundi Saint , son Fils s’étant sacrifié le Vendredi . Il n’ya qu’à voir
l’émotion et le mouvement de Prière de cette foule immense pendant ce
terrible évènement . Chacun voyait brûler la Maison de sa Mère . Même
les pires mécréans

3° ) Le Miracle d’avoir sauvé plus que la structure , plus que les
vitraux ,plus que l’orgue ou les tableaux , plus que le trésor ( tout
celà a été miraculeusement protégé ) ; c’est d’avoir sauvé les RELIQUES
et en particulier la COURONNE d’Epines et MIRACLE parmi les MIRACLES le
COQ Reliquaire contenant une EPINE de la couronne protégeant du haut
des 93 mètres la France . Quand on a vu la flèche de Notre Dame comme
une torche , les pompiers du fait des plombs la recouvrant annonçant
une température de 1.000 ° ° et le Coqce Reliquaire que tout le monde
croyait fondu est sorti intact du brasier , sans la moindre bosse
aprés avoir été projeté de 93 m de haut dans ce Feu , après avoir percé
les voutes de pierre de la Nef .

CE MIRACLE , CE SACRIFICE DE LA MAISON DE DIEU ET DE NOTRE MERE EST
POSITIF , C’EST UN DE CES MIRACLES QUI ONT SAUVE LA FRANCE DANS LES
PERIODES LES PLUS DESESPEREES AU COURS DE SON HISTOIRE

François de Launay, Palinges avril 2019

Notre Dame de Paris, trois réactions de Terre et Famille

Notre Dame est en feu, d’une pierre plusieurs coups ?

Qui peut encore douter qu’« ils » nous méprisent ou qu’ils aient besoin de détruire l’âme de la France pour laisser libre court à leurs appétits ? Mais qui seraient- « ils » ?

Peut-être ceux qui, au mieux par incompétence, au pire par négligence volontaire, n’ont pas pris les mesures qu’imposaient des travaux à Notre Dame de Paris : « Les prescriptions pour les travaux sur monuments historiques étaient insuffisantes » s’indigne Didier Rykner rédacteur en chef du magazine la Tribune de l’art et très en colère, sur France Info ce matin.

« Ils » sont peut-être aussi ceux empêtrés hier dans une crise historique sans issue et des trafics inavouables ?

Ceux qui chantent parce qu’ils ont « fait l’œuf ». Ceux qui chantent leur toute puissance sans pudeur face au drame, affirmant qu’ils vont réparer Notre Dame, huit siècles d’envolée spirituelle, au lieu de se taire et de se repentir. Réparer comment sinon avec notre argent, le produit de la vente de notre patrimoine national ou notre souscription volontaire et attendrie ? Même l’enlèvement des gravas sera payé par les victimes que nous sommes !

« Ils » sont peut-être aussi ceux qui se rachètent une vitrine commerciale grâce aux assurances et une vitrine morale grâce à cette hypocrite contribution ?

Ceux qui, dans le même temps par peur panique d’être démasqués, jettent en prison tout contradicteur ?

Ceux dont la perversité n’a d’égale que celle de Lucifer. Le pervers utilise la faiblesse de personnes qui seront manipulées pour servir sa propre cause. Le pervers vous nuit gravement mais indirectement par le biais de ces personnalités serviles et conditionnées. Quand le mal est fait, il feint de n’y être pour rien et il feint de vouloir vous soulager. Et vous qui avez tellement besoin de secours dans votre immense peine, vous n’entendez que : « Nous allons ensemble réparer » … Et pourtant secrètement le pervers est au comble de sa joie, il sait que le mal fait est irréparable et que vous souffrez …

Mes chers amis, oui il faut prier, prions remplis de discernement. Le combat fait rage et Notre Dame, Sainte Patronne de la France qui n’était pas en tête de nos cortèges contre les lois immorales et qui n’est pas assez présente dans nos combats du moment, implore la conversion de nos cœurs.
Restaurons nos cœurs, devenons tous des tabernacles à l’image de Notre Dame qui a donné naissance à Notre Seul Sauveur.

Stéphanie Bignon
16 avril 2019

 

Chers amis de Terre et Famille,

c’est l’entrée dans la semaine sainte, nous prierons pour tous nos frères catholiques, qui se sont endormis ainsi que nos familles. Oui nous rebâtirons Notre Dame, ravagée par les flammes. Notre cœur est à Dieu.

Nous avons pâli, nous avons pleuré amèrement, tellement plus que simplement attristés devant les flammes ravageuses de cet incendie. Si l’Eglise ne peut nous protéger de la main meurtrière des hommes Dieu lui nous sauvera toujours. Benoît XVI nous l’a dit, d’une certaine manière, limpide ! Nous avons des oreilles … faites pour entendre … ou être arrachées ?
Nous n’avons pas le choix chrétiens, c’est d’abord dans votre cœur qu’il faut rebâtir Notre Dame.
Nous marcherons, oui, de Paris a Chartres, pourquoi pas de Versailles ND à Paris ND, d’abord !

Catherine, Versailles, le 16 avril 2019

 

Chers amis de Terre et Famille,

Comme chrétien catholique et comme natif de Paris, je viens de recevoir un violent coup de poignard dans le coeur. L’incendie de Notre Dame de Paris un lundi Saint est pour moi plus qu’un symbole. C’est surtout un avertissement même si la destruction de 856 années d’Histoire est aussi une douleur et un chagrin immenses.

Nous ne nous laisserons pas endormir par les commentaires iconoclastes des journalistes et autres « spécialistes » quand en plus, certains de ces commentaires sont dits avec le sourire! J’aurais eu plus de penchant à les croire s’ils avaient été dits avec un chagrin sincère mais on ne peut demander à des gens dont le métier est de vivre du sensationnel d’avoir au moins de la pudeur.

Nous ne nous laisserons pas endormir par le discours de certains politiques qui voudraient se faire passer pour « catholiques » alors que toutes leurs oeuvres et leurs lois ne le sont nullement, catholiques. Vous m’aurez compris.

Quant à ceux dont l’existence et l’engagement politique auront été de servir de bien vilaines chapelles où il est plus question de « bouffer du curé » que de manger le Corps du Christ, je les laisse patauger dans le marigot de leur hypocrisie.

Faut-il donc que la France voit partir en fumée le plus beau joyau de sa foi pour qu’elle se rappelle douloureusement les racines chrétiennes de son existence?…

Je passerais donc outre les convocations au mélange des genres, c’est à dire pour être franc dans tous les sens du mot, au politiquement correct qui nous ferait confondre la France fille aînée de l’Eglise, le pays réel et la république qui la gouverne.

Je vois donc dans cette catastrophe un signe du Ciel, un rappel, un avertissement pour des épreuves plus grandes encore dues aux blasphèmes continuels de nos décideurs qui n’ont de cesse d’envoyer des crachats à la Sainte Face de Notre Seigneur.

Alors bien sûr cette cathédrale a des chances d’être reconstruite mais sur combien de décennies et nonobstant des pertes irréparables. En attendant il serait bon de commencer à réparer en cette semaine sainte par la récitation de chapelets et de rosaires dédiés au Sacré Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de Marie coeur qui , porté par la Pureté et la Dévotion mêmes, nous a assuré qu’à la toute fin IL triompherait…

Cordialement en Christ pour cette semaine sainte.

Jean-Michel, Savoie, le 16 avril 2019

De la « transition écologique » au chaos !

  Statue à la gloire de l’Euro située devant le Parlement Européen à Bruxelles ou « du chaos surgit la puissance financière » ( photographie et sous-titre Terre et Famille).

 

La vraie transition écologique est linéaire et permanente. Elle correspond à la capacité de l’homme à s’adapter à son milieu, ce qu’il a toujours dû et su faire. Depuis le début de l’ère quaternaire, il y a 2.6 millions d’années, les scientifiques reconnaissent que les cycles de réchauffement-glaciation sont fréquents et réguliers. C’est aussi l’ère de l’extinction des grands mammifères et de notre développement.

La vraie transition écologique implique donc de s’adapter à des conditions toujours changeantes. Une des missions de la politique, libérée des « lobbies », devrait être de l’accompagner et non pas de la rendre impossible en étouffant toute initiative par des taxes, impôts et règlements excessifs. Elle implique de laisser vivre et s’exprimer le génie humain partout, des petites aux grandes entreprises. Elle implique que nous investissions dans la Recherche et le Développement, or les budgets de R & D sont presque tous en bernes, victimes de la course à la rentabilité immédiate. Alors, comment s’adapter dans ces conditions ?

La « transition écologique » promue comme nouvelle religion de l’apocalypse, ne s’inscrit pas dans la durée mais dans la rupture. Les nouveaux « grands prêtres et scribes » contraignent, précipitent, tordent le cours du temps et des usages, mais dans quel but ? Finalement, la transition vers le « tout pétrole » fut la première « transition écologique ». Elle nécessita deux guerres mondiales et le chaos qui s’ensuivit. En moins de 70 ans notre façon de vivre a radicalement changé, nous sommes passés du bon sens à la dépendance aux produits pétroliers. Les « hommes d’affaires » de Rockefeller, Rothschild et compagnie attachés à leur pétrole et à leurs banques firent, avec la complicité des gouvernements, leur fortune, en éliminant soigneusement toute alternative et en s’imposant comme incontournables pour la reconstruction de l’Europe de l’après-guerre.
Par exemple aux Etats Unis en 1936, General Motors, Firestone et la Standard Oïl de John D Rockefeller créent la société de transport collectif, la National City line. En 1947, ils sont accusés de complot contre le service public et sont condamnés à …5000$ d’amende pour la destruction des réseaux de trams électriques municipaux au profit de leurs bus à pneus et à pétrole ! En 1953, le président Eisenhower nomme à son gouvernement, le président de General Motors, Charles Erwin Wilson. En conséquence, en 1955, 90% du réseau de tram a disparu. Les autoroutes seront aussi favorisées contre le rail et de 1945 à 1964 aux USA, le rail baisse de 84 % pendant que le transport routier augmente de 300%… !

Aujourd’hui les mêmes nous expliquent, toujours via leurs valets à la tête des états, qu’il est « vilain pas beau » de consommer ce même pétrole. Les impasses provoquées par leur avidité sont toujours malicieusement transformées en nouvelles sources de profit et tout comme l’alchimiste transforme le plomb en or, le « tout pétrole » devient l’escroquerie de la « taxe carbone » ! La sidération des populations étant nécessaire à leur tour de passe-passe, la régénération de leur système ne s’opère que dans la violence et l’anarchie dont ils nous font porter la responsabilité dans une inversion accusatoire toujours moins subtile et toujours plus visible…

Ce qu’ils appellent transition écologique devrait en réalité s’appeler : « stratégie en faveur des monopoles » et leur ministre de l’écologie porterait le nom de ministre de la « protection des monopoles ». Les mots auraient enfin un sens ce qui serait une première mesure contre le chaos !

Stéphanie Bignon
Mars 2019

Colère mystique !

                                       Codex Manesse (1310-1340)

 

Nous souffrons tous des mêmes maux quel que soit notre milieu ou notre histoire. Nous souffrons d’amnésie du sens, d’inquiétude, d’insatisfaction, d’incapacité à se projeter et à s’adapter, de frénésie en toutes choses, d’impatience chronique, de perte du vrai goût de la vie, de l’incapacité de se réjouir de choses simples et pourtant souvent quotidiennes…

L’Eglise, en amont de la société civile, exprime cette souffrance profonde, douloureuse au point de cacher sa véritable origine et de préférer la fuite en avant. Notre société occidentale et l’Eglise elle-même semblent avoir oublié que « Dieu plaça l’homme dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder » et qu’“il n’est pas bon que l’homme soit seul ». Ces deux passages tirés de la Genèse expriment tout ce que l’homme n’aurait jamais dû perdre de vue : protéger la Création et la féminité, les deux sources de vie capables de tout donner pourvu qu’elles ne soient ni stérilisées ni exploitées.
Or la création est exploitée, « Hommes tueurs de Dieu, les temps ne sont pas loin où, sur un grand tas d’or vautré dans quelque coin, Ayant rongé le sol nourricier jusqu’aux roches, ne sachant faire rien ni des jours ni des nuits, noyés dans le néant des suprêmes ennuis, vous mourrez bêtement en emplissant vos poches. » (Charles-Marie Le Conte de Lisle). Et la féminité, synonyme de temps long, de gratuité et de charité est aux oubliettes. Si la femme veut exister dans ce monde d’exploitation globale, elle doit accepter la greffe d’un phallus social et renier ce pourquoi elle a été créée.
Le nouvel Adam, notre Rédempteur, nait d’une Vierge, Marie notre très Sainte Mère. Il ressuscitera d’abord aux yeux de la pécheresse, Sainte Marie-Madeleine. Au pied de la Croix se trouvaient les Saintes femmes, comme si toutes connaissaient, dans leur ADN, le prix du rachat du péché d’Eve. Eve, la Vivante, qui un instant a oublié Dieu et sa mission de résistance.

Alors messieurs du clergé comme de la société civile, réalisez que les congrégations féminines, vos épouses, mères et sœurs, vous sont divinement indispensables. Sans cet esprit féminin à vos côtés, vos existences se résumeraient à vos appétits !
Mesdames, Eve en chutant nous éclaire sur la puissance et la difficulté de notre rôle. Nous ne devons ni nous complaire dans les conséquences du péché originel ni les nier mais y puiser toute la force nécessaire pour faire que la Vie soit le centre du monde et rien ni personne d’autre.

Stéphanie Bignon
Mars 2019

 

Les Caryatides interrogent Stéphanie Bignon

Revaloriser la France rurale et la paysannerie par Stéphanie Bignon – Paris – 2 février 2019

Quelques questions pour vous présenter brièvement :

– Comment s’est inscrite votre volonté de devenir agricultrice (ou paysanne, selon vos termes) en plus de votre métier d’ingénieur ?
Il n’y a pas de pays sans paysans, il n’y a pas de souveraineté sans souveraineté alimentaire pour commencer. Un pays dirigé dans l’ignorance ou le mépris de ces évidences est un pays dirigé par des fous ou des gangsters.
Après avoir beaucoup voyagé pour mon métier d’ingénieur, j’ai compris combien notre pays était exceptionnellement gâté par la nature et son histoire. J’ai réalisé combien nous pouvions perdre avec la « standardisation globale » qui fait rage et j’ai réalisé la nécessité absolue de lui résister. Vivre sur sa terre et de sa terre en bonne intelligence avec ses voisins me semblait ce que nous pouvions infliger de pire au système. Cet Etat financier, exécutant docile d’ordres venant d’instances supranationales, s’immisce partout dans nos affaires et nous rend tous les jours plus dépendants, piétinant sauvagement toute liberté.
Nous devons reconquérir cette liberté et le point de départ me semble naturellement « la terre ». Les outils politiques à notre disposition sont les 34000 communes de France encore existantes qui représentent potentiellement autant de points de résistance à l’Etat asservi par la finance et à l’Europe des technocrates. Terre et Famille invite tous ceux qui veulent agir concrètement à participer aux élections municipales de 2020, véritable et seule échéance démocratique. Commençons dès maintenant par assister aux réunions de conseil municipal de nos villages, villes et arrondissements, reprenons possession de nos affaires partout.

– Quel a été votre déclic pour rentrer dans le combat spirituel et politique à forces égales ?
Charles Maurras disait « tout est politique » et chaque jour je constate combien il avait raison. Sur le plan de l’intendance de la cité tout dépend de la volonté politique d’un peuple incarnée par son chef. Mais cette volonté est arrimée à l’autorité du chef.
Etymologiquement, autorité signifie « faire grandir, élever ». Il faut donc bien que cette autorité qui accomplit cette volonté politique soit elle même suspendue à quelque chose de supérieur. Pour permettre l’ascension de tous, il faut que cette volonté politique soit orientée verticalement, spirituellement, orientée vers le bien commun, « le Chemin, la Vérité, la Vie ».

Pouvez-vous nous parler de la création de Terre et Famille et de sa contribution au réveil du peuple français ?
Terre et Famille est née le 8 décembre 2014 alors que je venais d’être élue adjointe au Maire de mon village, Briant (71). Je me suis alors pleinement rendue compte des marges de manœuvre qui nous restaient sur la plan local. Terre et Famille a été conçue pour appeler chacun, selon ses moyens, à la reconstruction spirituelle, politique et économique de nos terroirs.

Sur l’enracinement :

– Pourquoi s’enraciner pour s’élever ?
Pourquoi s’enraciner ? Pour se nourrir de tout ce qui nous a fait, non pas par conservatisme ou passéisme mais pour continuer à construire sur des fondations solides, pour s’élever.
Pourquoi s’élever ? Parce qu’il nous est, en tant qu’être humain, aussi indispensable de nous élever pour vivre que de boire et manger.

– Quelles alternatives prendre dans nos campagnes face à la mondialisation ?
Nos campagnes nous laissent encore un reliquat d’autonomie. Il faut en profiter non seulement pour le conserver mais pour agir partout et ensemble pour regagner du terrain en défendant nos libertés et nos particularités locales. Avoir des poules, un potager…, un réseau d’amis pour organiser, structurer empiriquement des actions, des formations… A Briant, nous avons commencé par faire revivre le cœur de notre village qui est indéniablement l’église, en y récitant le chapelet une fois par mois.

– Quels conseils donneriez-vous aujourd’hui aux femmes qui souhaitent s’ancrer dans le local et à leur humble niveau agir pour la défense de la paysannerie française ?
Les femmes ont un rôle fondamental à condition que nous retrouvions la féminité. Le mépris pour la femme dans le code civil de Cambacérès (1814) a provoqué en réaction le féminisme revanchard qui en voulant faire de la femme « un homme comme les autres » méprisa, à son tour, la féminité.
Notre rôle de femme est de peser de tout notre poids pour ralentir la course effrénée vers la possession et le pouvoir. Nous devons rappeler que l’essentiel c’est la vie et que toutes nos actions n’ont de sens qu’à son service. C’est notre vocation, nous devons redevenir des arches du temps long, de la gratuité, en un mot, des arches de charité.

Sur l’actualité des Gilets Jaunes :

– Comment percevez-vous le mouvement des gilets jaunes ? Du point de vue agricole voyez-vous une évolution positive de la crise en faveur de la paysannerie française ?
La vocation paysanne comme la vocation féminine ont été les premières victimes de ce monde de vitesse, d’efficacité et de profit à tous crins. Les Gilets Jaunes rassemblent tout ceux qui aujourd’hui réalisent, plus ou moins consciemment, la nocivité du système dans lequel nous vivons. Ce mouvement est une poussée de fièvre en réaction à une infection grave. La France réagit pour se débarrasser d’un corps étranger, la finance internationale qui nous parasite tous à mort.
Les familles, les petites communes rurales, les paysans, les artisans, les PME seront les grands bénéficiaires de la chute de ce système dont la crise des Gilets Jaunes marque le début.