NE PRIVEZ PAS LE MONDE DE VOTRE SOURIRE

 

Alors que l’Evangile de dimanche dernier nous parlait de guérison, celle du sourd-muet [1], l’Evangile de ce XIIe Dimanche après la Pentecôte visait plus particulièrement le soin, à travers la parabole du Bon Samaritain. Difficile de ne pas faire à nouveau des rapprochements avec ce que nous vivons depuis des mois où notre monde ne cesse de se déchirer autour du Covid-19 et des mesures à lui opposer.

Comme nous le montre le Bon Samaritain, le soin commence par l’attention bienveillante que l’on porte au malade. Contrairement au prêtre et au lévite, le Samaritain ne se détourne pas de cet homme en détresse, et lui prodigue les premiers soins. C’est sans doute bien imparfait, quelques bandages improvisés, du vin et de l’huile, mais cela soulage le blessé, au moins temporairement, ne serait-ce que par le réconfort de se voir secouru.

A l’époque, Juifs et Samaritains se haïssent cordialement : la « distanciation sociale » est absolue, l’autre est par nature un étranger voire un ennemi ; or, nous retrouvons quelque chose de cela aujourd’hui dans la psychose où l’on nous entretient sous prétexte de risque sanitaire. Notre situation est même bien plus grave car la peur du virus va jusqu’à ébranler les familles, les paroisses, les Etats : privation de contacts, absence de chaleur humaine, défiance de l’autre supposé nous donner la mort, culpabilisation des générations moins exposées etc. Et derrière cette orchestration de la peur, des fins mercantiles, politiciennes et criminelles désormais évidentes [2].

« Inutile » au fort de l’épidémie, de plus en plus obligatoire à mesure que celle-ci s’éteint, le masque devient le signe de soumission à cette tyrannie qui, sous couvert de santé publique, s’attaque aux ultimes fondements de la société naturelle, conformément à des principes managériaux maintes fois dénoncés [3].

Le port systématique et obligatoire du masque est d’autant plus violent pour les catholiques qu’il dissimule un des piliers de notre foi : l’Incarnation, Dieu assumant notre humanité et donc un visage. Celui-ci est l’objet d’une vénération universelle dont Notre-Dame est l’évidente initiatrice : les Nativités ou les Vierges à l’Enfant soulignent couramment cette mystérieuse fascination de la Mère et du Fils se contemplant mutuellement. Au-delà du rapport naturellement fusionnel de la femme avec son nouveau-né, la Sainte Vierge adorait, sous le voile de l’humanité qu’elle Lui avait transmise, le Créateur de toute chose. Quant à l’Enfant-Jésus, quand Sa nature humaine s’émerveillait du charme inégalable de Marie, Sa nature divine s’abîmait dans Sa propre contemplation, reflétée dans l’âme de Sa Mère comme dans un miroir sans tâche.

Le récit de la Visitation témoigne du zèle de Notre-Dame à soulager le prochain et du ravissement que sa seule voix pouvait faire naître même chez un enfant encore dans le sein de sa mère. Depuis son Assomption, la Sainte Vierge ne cesse de prodiguer réconfort, secours et guérison à ceux qui l’invoquent, comme sainte Thérèse encore enfant, guérie par le sourire de la Mère de Dieu. Au cœur des plus grandes difficultés, penser à cette Vierge admirable que Dieu s’est choisie et nous a donnée comme Mère soulage et rassérène.

Enfants de Marie, nous devons nous conformer toujours plus parfaitement au Christ, afin que la Sainte Trinité se laisse deviner dans notre visage, notre voix, notre regard, notre sourire. Nous devons être les reflets incarnés de l’Amour de Dieu pour tout homme, ce que le port du masque, hors de tout bon sens, contrarie dans une large mesure : bien des familles l’ont douloureusement éprouvé en ne pouvant sourire ou parler librement à leurs vieux parents reclus autoritairement dans leurs maisons de retraite. Et combien d’enfants ne seront-ils pas traumatisés de vivre ainsi baillonnés, sans pouvoir lire l’amour de leurs proches sur leurs visages ? Comment la peur et l’abattement ne pourraient-ils pas resserrer leur étreinte dans une telle atmosphère ?

Acte de charité envers le prochain et envers soi-même, témoignage de reconnaissance, de foi et d’espérance inébranlables, le sourire, et a fortiori le rire, sont également des armes redoutables, toujours disponibles, contre les entreprises des ténèbres. En l’occurrence, la gestion calamiteuse de l’épidémie en France et le désoeuvrement dû au confinement ont donné lieu à une profusion de montages aussi drôles que pertinents, tournant en dérision les sordides manigances du système [4]. Même le masque est détourné dans son aspect ou son usage pour devenir un mode de protestation individuelle voire d’appel à la résistance collective [5]. Le Gaulois réfractaire qui sommeille en tout français bien né n’a pas encore été définitivement éradiqué et aux quatre coins du monde, on espère qu’il prenne sa place dans la résistance à l’oppression mondialiste.

Force est hélas à nouveau de constater que l’on ne peut guère compter en général sur le clergé et les consacrés pour résister à la généralisation du masque [6], ne serait-ce qu’au choeur. Comment un prêtre peut-il se présenter devant Dieu, masqué ? Comment pourra-t-on également croire en son ministère de vérité, ministère « prophétique » comme on aime à le répéter aujourd’hui, s’il se laisse aussi docilement baillonner. De même, une religieuse en habit, qui bouleverse et réjouit tant les coeurs, une fois masquée, perd une bonne part de son rayonnement et s’assimile dangereusement à la musulmane en burqua. Ainsi, prêtres et consacrés devraient-ils être les premiers à résister à cette muselière et ce d’autant plus qu’ils ont moins à perdre que les laïcs : pas de situation, pas de famille à nourrir, pas de fortune etc. Les forces de l’ordre, qui pour la plupart préféreraient arrêter les malfrats que de houspiller les honnêtes gens, oseraient-elles verbaliser un religieux voire lui passer les menottes pour refus de port du masque ? Oserait-on le poursuivre en correctionnelle et le condamner ? Chiche ! Le gouvernement ne résisterait probablement pas au scandale médiatique qui en découlerait. Sans en arriver immédiatement à ces extrémités, il y a de multiples façons de manifester sa désapprobation, selon les circonstances et les tempéraments, mais l’Église doit montrer qu’elle n’est pas dupe de cette manipulation par la peur.

Parmi les laïcs, des catholiques lassés de voir leurs pasteurs plus dans leur dos qu’à leur tête, se rapprochent de tous ceux de bonne volonté ayant conservé quelque consistance. Sous la division entretenue par la peur, des initiatives plus profondes commencent à émerger et convergent par delà les frontières : recours contre la réglementation par des particuliers ou des commerçants [7], boycotts, manifestations [8], vidéos d’informations etc., avec une détermination et une ingéniosité qui réchauffent le coeur.

Résistons donc à la tyrannie de la peur, à la soumission aveugle à toute autorité apparente [9] : ne privons pas le monde de notre sourire et même de notre rire car les manigances cauchemardesques des ennemis irréductibles de Dieu et des hommes ne font que hâter le retour du Christ : leur fin est proche comme notre délivrance.

Et j’entendis du trône une forte voix qui disait : « Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu ». Et celui qui était assis sur le trône dit : « Voici, je fais toutes choses nouvelles ». Et il dit : « Ecris, car ces paroles sont certaines et véritables.… » (Apocalypse XXI, 4)

L’abbé

[1] Cf. Le Glaive de la Colombe, Covid-19, Bioéthique : simulacres et asservissements

[2] Ibidem note 5

[3] Cf. Le Glaive de la Colombe, « Vous avez fait de la maison de mon Père une maison de négoce »

[4] On se souviendra notamment des Goguettes ou des réquisitoires « en 4-4-2 » de Marcel D. : « Didier Raoult vs Karine Lacombe » ; « Didier Raoult, Agnès Buzyn / Yves Lévy et la chloroquine » ; « Cymès, Cohen, Ichou, Laurent Alexandre, Hausfater, Calvi… »

[5] Exemple de masques « alternatifs » sur le site de Quartier Libre TV

[6] Il existe bien évidemment des exceptions, comme notamment le « curé enragé » dans sa dernière vidéo du 22 août 2020 : « Dressage en cours : la Muselière et l’infanticide »

[7] Cf. notamment les nombreuses interventions, à la télévision ou sur internet, de Maître Carlo Alberto Brusa, Avocat à la Cour de Paris ou la chaine YouTube d’Ema Krusi – 21 août 2020 – Soutien à l’entreprise, comment aider ?

[8] Première manifestation anti-masque obligatoire à Paris le 29 août 2020, le même jour que la deuxième de Berlin après celle du 1er août qui avait réuni une foule considérable, probablement entre 500.000 et 1.000.000 de personnes.

[9] CfChaîne YouTube d’Ema Krusi – 28 août 2020 – Soumission à l’autorité médiatique

 

 

 

Ne privez pas le monde de votre sourire

« Dieu premier servi ! »

« Dieu premier servi ! »

 

Dimanche dernier, 3e Dimanche après Pâques, saint Pierre nous exhortait à nous soumettre à toute institution humaine [1], leçon que les successeurs actuels des Apôtres ont manifestement bien retenue. Ils ont malheureusement oublié que saint Pierre envisageait en l’espèce un pouvoir accomplissant son office temporel, « châtiant les malfaiteurs et approuvant les gens de biens » [2] et non pas, comme aujourd’hui en France, libérant les premiers [3], verbalisant et enfermant les seconds [4]. Et s’il advenait que l’obéissance aux hommes concurrence celle due à Dieu, l’enseignement apostolique est sans ambiguïté : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » [5].
Nous n’avons pas été les seuls à dénoncer l’attitude pitoyable de la Conférence des évêques de France (CEF) anticipant la suspension par l’Etat des messes en présence de fidèles [6] et ne s’opposant pas aux dangereuses évolutions juridiques que cela supposait [7].
Un confrère courageux a dans son homélie du même dimanche rapproché cette étrange attitude épiscopale de celle de la femme battue : l’Eglise a tant souffert en France depuis deux siècles, de persécutions en spoliations, qu’elle n’ose plus défendre ses droits les plus fondamentaux. Craignant toujours que sa situation n’empire, elle se résigne à être maltraitée avant d’être chassée impitoyablement [8].
Quoi qu’il en soit, ses propositions pour le déconfinement du 11 mai ouvertement méprisées, la CEF espérait encore obtenir d’un gouvernement sans foi ni loi la permission de célébrer publiquement pour la Pentecôte (31 mai). L’espoir a été de courte durée puisque le Premier Ministre a confirmé le renvoi de toute cérémonie publique à début juin, et encore si les français faisaient preuve entre-temps de « sens civique » (on appréciera la subtile pédagogie de la carotte et du bâton). La menace épiscopale d’ « aboyer très fort » (Monseigneur Aupetit) a donc fait long feu. Il fallait s’y attendre : chacun sait que « chien qui aboie ne mord pas ». Le mauvais génie de la démocratie-chrétienne veillait de toute façon au grain : « Que l’on se rassure : l’Église n’appelle pas à la désobéissance » (Erwan Le Morhedec) [9].
Se rassurer ? Les tortionnaires de la France craindraient-ils que les catholiques prennent enfin le mors aux dents ? Ils auraient raison de trembler car aussi débile soit-elle humainement dans ses périodes de décadences, l’Eglise conserve une dimension universelle et éternelle qu’aucun pouvoir terrestre ne saurait contenir, fondement inébranlable de résistance à toute oppression. De lignée divine et royale, l’Eglise est libre et ne se soumet au pouvoir temporel que par amour et obéissance à Dieu.
A ce titre, le légalisme républicain ne devrait pas avoir de prise absolue sur elle qui considère la loi « une ordination de la raison en vue du bien commun » [10] : une loi, même régulièrement promulguée, qui ne repose pas sur le vrai en vue du bien n’existe pas et n’a donc aucune autorité contraignante. Par ailleurs, il faut toujours garder à l’esprit que, pour l’Eglise, la loi suprême est le salut des âmes [11].
Le caractère calamiteux de la gestion de l’épidémie par le gouvernement depuis décembre dernier, avec son lot quotidien d’incompétence, de contradiction, de mensonge, de corruption et de cynisme, est désormais incontestable. En attendant que les responsables en répondent devant les urnes et les tribunaux, il est d’ores et déjà patent que la réglementation en ce domaine ne repose pas sur des données rationnelles et ne contribue pas plus au bien commun, ne serait-ce que par son enfermement dans une conception matérialiste de l’homme et de la société. Les catholiques n’ont pas à se considérer tenus par ce carcan juridique niant la part essentielle de leur être. Au nom de l’intérêt supérieur des âmes, ils n’ont aucune autorisation à demander au gouvernement pour se rendre dans leurs églises, prier, recevoir les sacrements [12] : aucune pétition, aucune supplique ; pas plus de « S’il vous plaît Monsieur Castaner » que de « merci Monsieur Philippe ». Il s’agit d’un droit imprescriptible que les catholiques tiennent de Dieu et dont ils exigent la garantie de l’État. Par ailleurs, du fait de sa longue expérience des épidémies, l’Eglise est parfaitement capable d’assurer sa mission tout en suivant des règles sanitaires conformes à la réalité du danger [13]. Le gouvernement est loin de pouvoir en dire autant mais le prétexte sanitaire lui permet de contenir encore la colère de la population accumulée contre lui.
De même, la veulerie des conférences épiscopales vis-à-vis de l’autorité civile [14] renvoie chaque évêque devant ses responsabilités individuelles de pasteur dont il rendra compte au final devant Dieu et peut-être plus tôt devant son propre troupeau [15]. Bien des fidèles sont scandalisés d’être ainsi privés des sacrements [16], leurs pasteurs les renvoyant souvent vers diverses animations sur le web dont le Cardinal Sarah a récemment souligné les dangers [17]. Des voix courageuses s’élèvent toutefois peu à peu et encore cette semaine à travers l’Appel pour l’Eglise et pour le monde lancé à l’initiative de Mgr Carlo Maria Viganò [18]. Nous verrons combien d’évêques, de prêtres et de fidèles de France soutiendront cette heureuse initiative, aussi perfectible soit-elle. Nous aimons voir derrière cette manifestation éclatante de combativité une intervention toute particulière de sainte Jeanne d’Arc privée de solennités religieuses et civiles l’année du centenaire de sa canonisation. Nous jurerions l’entendre du Ciel, menaçant nos assaillants comme autrefois les Anglais devant Orléans assiégée : « Faites raison au Roi du Ciel (…) et si vous ne le faites ainsi, de vos bien grands dommages qu’il vous souvienne sous peu » [19].

L’abbé

[1] 3e Dimanche après Pâques (1962), Epître, 1Pe II, 11-19 : « Soyez donc soumis à toute institution humaine, à cause de Dieu: soit au roi, comme au souverain, soit aux gouverneurs, comme étant envoyés par lui pour châtier les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. »
[2] Ibidem
[3] Xavier RAUFER : « Taubira en rêvait, Belloubet l’a fait », Site Ma France, 16 avril 2020 comprenant un entretien de Xavier Raufer par Boulevard Voltaire
[4] LADEPECHE.fr 24 avril 2020 : Confinement : « 915 000 PV, 15,5 millions de contrôles » annonce Christophe Castaner
[5] Actes des Apôtres, IV, 19 ; V, 28-30
[6] Le Glaive de la Colombe – 11 avril 2020 – « Qui voudra sauver sa vie la perdra ! » ; Christophe EOCHE-DUVAL, Quelles conditions légales pour un déconfinement des cultes ?, dans France Catholique.fr, 27 avril 2020 (C’est nous qui soulignons) : « En France, un article du code de la santé publique issu de l’alerte du SRAS en 2004 a été dans un premier temps activé (article L. 3131-1, par décret du 16 mars 2020), puis modernisé par la loi du 23 mars 2020 : c’est le nouvel article L. 3131-15. Sur la base du premier moyen d’action, l’interdiction des cultes aurait été très fragile devant un juge. C’est d’ailleurs ce qui explique que les interdictions par arrêté des 4 mars, 9 mars et 13 mars de rassemblement de plus de 5000, plus de 1000 puis plus de 100 personnes sont muets sur les cultes et ne les interdisent pas sous réserve de cette jauge ; c’est pourquoi aussi les autorités sanitaires ont elles compté davantage sur les autorités religieuses pour restreindre de leur propre chef les cultes (la CEF, par ex., anticipe par communiqué le 17 mars les interdictions légales des cultes, qui n’interviendront que par décret du 23 mars 2020). »
[7] Christophe EOCHE-DUVAL, ibidem. (C’est nous qui soulignons) : « Tout évolue à compter de la loi d’urgence sanitaire. La modernisation et l’amplification de « l’arme anti covid19 » du code de la santé publique donnent une base légale très difficile à surmonter pour les cultes, à travers un biais qui est une forme de changement de paradigme juridique. La nouvelle loi accorde des pouvoirs étendus pour restreindre la liberté d’aller et venir et pour « ordonner la fermeture provisoire d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, à l’exception des établissements fournissant des biens ou des services de première nécessité », etc. Avec ce nouveau texte de loi, la singularité, constitutionnellement protégée, du lieu de culte comme de l’exercice collective du culte en son sein se noie dans une liberté plus absorbante, plus neutre, la liberté « de réunion » ou de « rassemblement », qui, en espace intérieur, est régie par le droit commun des « établissements recevant du public » au sens du code de la construction et de l’habitation.
[8] Sermon du Père Benoit JULLIEN DE POMEROL, curé de Saint-Louis des Français de Lisbonne, le 3 mai 2020 à 11h sur l’antenne de la French Radio Portugal
[9] Erwan LE MORHEDEC, « Libres et responsables », chronique du 5 mai 2020 dans lavie.fr
[10] Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Ia-IIae, Q. 90
[11] Code de Droit Canonique (1983), can. 1752 : « en observant l’équité canonique et sans perdre de vue le salut des âmes qui doit toujours être dans l’Église la loi suprême »
[12] Dans cet esprit, cf. notamment Stéphanie BIGNON, « Où est passée notre faim ? », Site Terre & Famille – 30 avril 2020
[13] Sur le recul annoncé de l’épidémie et l’adaptation des mesures en conséquence cf. notamment l’avis du Dr Delépine en deuxième partie de l’émission Interdit d’interdire « Déconfinement : le gouvernement en fait-il trop ou pas assez ? » sur RTFrance – 5 mai 2020
[14] Pour la situation italienne, très comparable à celle de la France, cf. Le blog de Jeanne Smits – 30 avril 2020 – « Eglises confinées : Mgr Vigano appelle à mettre fin au délire de toute puissance de l’autorité civile »
[15] Ibidem
[16] Sur la suspension des messes en présence de fidèles par les évêques, cf. Cardinal MÜLLER, « Aucun évêque n’a le droit d’interdire la messe avec le peuple. », Le Salon Beige – 7 mai 2020
[17] Cardinal Robert SARAH, « Covid-19 et culte chrétien » dans l’Homme Nouveau, 8 mai 2020
[18] Le Salon Beige – 7 mai 2020 : Des évêques et cardinaux lancent un “Appel pour l’Eglise et pour le monde aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté” ; Appel pour l’Eglise et pour le monde aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté.
[19] Lettre de Jeanne d’Arc aux Anglais – 22 mars 1429

Le glaive de la Colombe

 

             “Ne pleurez pas sur moi mais sur vous et vos enfants”

Qu’il soit accidentel ou criminel, l’incendie de Notre-Dame de Paris fut, si ce n’est voulu, du moins permis par Dieu. Compte tenu du calendrier liturgique, le parallèle de ce drame avec la Passion du Christ est évident et ne peut que nous rappeler à la prière et à la pénitence. En effet, le Seigneur ne change pas et l’Ecriture sainte nous enseigne qu’Il laisse profaner ou détruire Son temple lorsque Son peuple oublie ou s’enorgueillit des bienfaits qu’Il lui a Seul et gratuitement prodigués.

Aussi patient soit-Il, le Bon Dieu pouvait-Il rester indifférent à l’exploitation mercantile d’un sanctuaire édifié à Sa gloire et à celle de Sa Mère, par un Etat spoliateur toujours plus ouvertement hostile à Sa loi ? Pouvait-Il davantage supporter le manque d’abandon à la Providence voire la vénalité de Son clergé rechignant à retenir le flot de touristes le temps de célébrer la Sainte Messe ? Et comment ne pouvait-Il pas châtier ce Paris, ville mondiale plus que capitale nationale, plus soucieux du regard de l’étranger que des souffrances de son pays devenu « périphérique » ? Un Paris narcissique s’étant tout naturellement reconnu en « Jupiter »[1] adhérant ainsi, plus ou moins consciemment, à la liquidation programmée de la France.

Il ne faut en effet pas se leurrer : Macron, Hidalgo et consorts ne pleurent sur Notre-Dame de Paris que pour la manne touristique qu’elle suscite. Quatorze millions de touristes qui ne viendront plus consommer aussi largement à Paris si on ne restaure pas la cathédrale dans les meilleurs délais. Et l’échéance fixée est par elle-même éloquente : cinq ans, juste le temps qui nous sépare des Jeux Olympiques et de leurs retombées économiques supposées. De même ne faut-il pas s’étonner que les Pinault, Arnault et autres Bettencourt se soient immédiatement disputé la première place des mécènes de la cathédrale : ils savent combien leur image est liée à celle de Paris, le Paris du Bon Marché [2], non celui du trottoir d’en face au 140 rue du Bac [3].

Le traitement médiatique de l’événement s’inscrit dans cette même stratégie où les marchands du temple espèrent communiquer leur désarroi à la France entière, en vue de soutirer [4] quelques compensations pécuniaires au bas peuple. Car enfin, aussi douloureux que soit le spectacle de la cathédrale de Paris en flammes, au nom de quoi celle-ci deviendrait-elle brusquement la mère de toutes les cathédrales et églises de France ? L’image de la France ne se résume pas, contrairement à ce que l’on a pu entendre ces derniers jours, à trois monuments parisiens : le Louvre, Notre-Dame et la tour Eiffel [5] . Chartres notamment, par ses dimensions, son programme iconographique et sa collection de vitraux est bien aussi belle que la cathédrale de Paris. Et que dire de celles d’Amiens, de Metz, de Bourges, de Strasbourg ou d’Albi, comme d’un sanctuaire aussi emblématique que le Mont Saint-Michel ? On m’objectera que Notre-Dame de Paris fut également le témoin de grands événements de l’histoire de France, ce qui est parfaitement exact, mais le sacre des rois à Reims vaut bien celui de Napoléon Ier. Le reste n’est que littérature…

Avec l’incendie de sa cathédrale, la ville mondiale est rappelée à la dure réalité : depuis des années l’héritage catholique de la « France périphérique » est abandonné, vandalisé, voire détruit dans l’indifférence quasi-générale des puissants qui nous gouvernent depuis une capitale devenue le « village Potemkine » du tourisme culturel français. Touché moins au coeur qu’au portefeuille, Paris voit désormais exposées en pleine lumière ses prostitutions, reflets des misères de son pays.

Pour beaucoup, la chute de la flèche de Notre-Dame sonna comme un avertissement. En cette Semaine sainte, on ne pouvait penser qu’à celui du Christ aux femmes se lamentant sur son sort : « Ne pleurez pas sur moi mais sur vous et vos enfants ! » (Luc, XXIII, 28). A l’image de la cathédrale de Paris, la France apostate est assaillie jusqu’en son coeur par les flammes de l’enfer et menace de s’effondrer. Ses séducteurs d’hier la vendent aujourd’hui au plus offrant mais elle n’est probablement pas encore tombée assez bas pour implorer le secours du Seigneur.

Celui-ci vient pourtant lui manifester Sa sollicitude dans l’épreuve, l’exhortant à Le suivre dans Sa Passion jusqu’à la Croix victorieuse. Comment interpréter autrement l’étonnant spectacle de cette croix d’or souverainement dressée au milieu des décombres noircis, dominant l’autel du Voeu également épargné par les flammes ? Telle doit être aux yeux de Dieu la spécificité toute spirituelle de Notre-Dame de Paris : c’est en son sein que la France fut solennellement consacrée à la Sainte Vierge. Telle est la seule voie de restauration de notre pays signifiée par l’incendie de la cathédrale, car « si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain peinent les bâtisseurs ; si le Seigneur ne garde la cité, en vain veille celui qui la garde » (Ps. CXXVI, 1).

L’abbé

https://leglaivedelacolombe.fr/

 

[1] Au second tour des Présidentielles 2017, E. Macron remporta avec 78,72% des voix les sept départements de la région Ile-de-France et les 20 arrondissements de Paris (où il culmina à 89,68%) qui lui avait déjà donné au premier tour son meilleur score de tous les départements français. Quatre des cinq départements « les plus Macron » se situaient alors en Ile-de-France (Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis).
[2] BFM TV (17 avril 2019), Emmanuel Le Chypre (éditorialiste BFM Business) dans BFM Story à 17h18 : « Evidemment qu’il y a un calcul intéressé derrière ces dons. Le calcul c’est de dire aujourd’hui un événement a ému le monde entier : s’associer à la reconstruction – vous avez des clients, des consommateurs qui cherchent du sens, qui veulent de la valeur – quelque part c’est valorisant. Et même vos salariés, ils veulent bosser dans une entreprise qui donne du sens à ce qui est fait »
[3] Adresse de la chapelle de la Médaille miraculeuse, lieu d’apparitions de la Sainte Vierge à sainte Catherine Labouré en 1830
[4] Soutirer : « obtenir quelque chose de quelqu’un par une adroite insistance » (Larousse)
[5] BFM TV (17 avril 2019), Juan Branco dans BFM Story à 17h19 : « Il y a trois bâtiments en France qui nous incarnent : c’est le Louvre, c’est Notre-Dame et disons la tour Eiffel ».

« Les vérités ont été diminuées par les enfants des hommes »

« Les vérités ont été diminuées par les enfants des hommes » (Ps. XI, 1)

« On voudrait dans l’immédiat que je sois un saint mais je suis, mes amis, un homme » nous déclarait récemment un présidentiable contraint de reconnaitre qu’il n’était pas aussi impeccable que le prétendait son service de communication. Cela ne le dissuadait pas pour autant de briguer les plus hautes fonctions d’une France dont il a contribué à l’asservissement, comme bien d’autres il est vrai.
Quoi qu’il en soit, cette dichotomie opposant sainteté et humanité, et non pas sainteté et péché, a de quoi surprendre dans la bouche d’un « catholique affiché ». La sainteté serait-elle incompatible avec la nature humaine ? Ou entendrait-on que la sainteté serait destinée aux consacrés, à une élite de fidèles, mais serait inaccessible, si ce n’est nuisible, aux hommes d’Etat ? « Il faut arrêter de penser que les hommes politiques doivent être des saints. C’est une hypocrisie ! », nous assénait en ce sens l’un des plus fervents soutiens dudit candidat, catholique lui aussi. Que les politiciens, exposés à de continuelles tentations, ne soient pas des saints, c’est ce que l’on peut d’autant plus craindre qu’ils se tiennent éloignés des sacrements. Mais que les hommes politiques n’aient pas à être saints, qu’ils n’aspirent pas à l’être, pas même ceux affichant leurs « valeurs chrétiennes » en période électorale, révèle à quel point la confusion voire le cynisme règnent dans le milieu politique français comme dans une grande part de la population.

« Sauvez-moi, Seigneur, car il n’y a plus de saint, parce que les vérités ont été diminuées par les enfants des hommes » (Ps. XI, 1).

Telle est donc l’origine du mal : l’affadissement doctrinal des « enfants des hommes » dont la compagnie est pourtant le délice de la Sagesse éternelle (Prov., VIII, 31). Et en effet, nombre d’entre nous ont oublié la sainteté dans laquelle furent créés nos premiers parents. Ils se sont accoutumés à la déchéance de notre nature au point de la considérer comme originelle. La sainteté n’est plus pour eux la perfection surnaturelle à laquelle Dieu ne cesse de nous convier : c’est au mieux une dangereuse illusion ; au pire, l’obstacle révoltant à un libre épanouissement dans l’hédonisme le plus effréné.
Renonçant de facto au Ciel dont le Paradis terrestre n’était que les prémices, ils n’aspirent plus guère qu’à vivre le plus longtemps possible en ce monde, libérés au mieux de ses souffrances et de ses imperfections : un bonheur prolongé et naturel (et non plus éternel et surnaturel). S’ils croyaient encore à l’éternité, ils troqueraient volontiers le Paradis céleste pour les Limbes, une ineffable intimité avec Dieu pour une « béatitude à échelle humaine » que la sensualité de l' »Eden musulman » ne tarderait pas à concurrencer.
Exagérant enfin l’autonomie de leur existence, qui ne cesse pourtant de dépendre de l’influx divin, ils en viennent à se croire dignes d’amour par eux-mêmes, et non plus comme objet de l’amour de Dieu, au titre de la création et plus encore de la rédemption (« Vous avez été rachetés à un grand prix », 1Co VI, 20). Coupée de ses fondements religieux, la dignité humaine se voit ainsi réduite à une dimension naturelle, « anthropologique », de plus en plus difficile à défendre : l’atteinte à la vie humaine n’est plus un « crime contre Dieu » (Dr Xavier Dor) mais contre l’homme, un homme « libéré » de sa condition de créature pour être au final souvent assimilé à un animal voire à un amas de cellules.

Faut-il dès lors s’étonner que dans ce monde privé du Dieu de Vérité, d’Amour et de Vie, le relativisme, la duperie, la haine de soi et de l’autre soient devenus la règle générale ? Le monde politique n’est que le reflet de notre société et nous avons les gouvernants que nous méritons, qu’ils soient laïques ou ecclésiastiques. Malheureusement, beaucoup trop de catholiques, sous couvert de « réalisme », en viennent à taire qu’ils sont enfants de Dieu, compromettant leur sanctification et la réforme vertueuse des institutions.

« Chacun d’eux a proféré des choses vaines à son prochain, leurs langues sont trompeuses, et ils ont parlé avec un coeur double » (Ps. XI, 2).

Reléguant leur foi dans la sphère privée, les uns prônent une France « laïque et républicaine » comme si le catholicisme pouvait être contraire au bien commun. Ils invoquent les « racines chrétiennes de la France » et célèbrent indifféremment les cathédrales et les sans-culottes, sainte Jeanne d’Arc et Robespierre. Les autres conçoivent des « points non-négociables » de façon restrictive (vie, famille, école) voire modulable selon les opportunités politiques. Ainsi peuvent-ils manifester en nombre pour la défense de la famille et passer sous silence la question de l’avortement ; défendre la vie mais uniquement sur des fondements naturels et dans des structures « aconfessionnelles ». De même, un politicien supposé pratiquant et défavorable au « mariage pour tous », pourra présider le Bilderberg ou spéculer sur les terres agricoles, comme si l’oppression des pauvres et le refus du juste salaire de l’ouvrier ne criaient plus vengeance devant la face de Dieu. D’autres encore, opposés à l’avortement sur le plan personnel, pourront en soutenir publiquement l’extension voire la « sanctuarisation » sans que leur éventuelle excommunication ne soit sérieusement évoquée, ni que le soutien des catholiques ne leur soit officiellement refusé.
Ce triste constat de l’incohérence de beaucoup de catholiques en politique nous ramène, au-delà des défaillances individuelles, à la perversité de notre démocratie que l’on a pu qualifier de « concurrence des démagogies » (Marcel Gauchet). Bien des élus, républicains convaincus, déplorent de plus en plus ouvertement l’impossibilité de défendre un programme fidèle à leurs convictions profondes. Tôt ou tard, il leur faut choisir entre ces dernières et la victoire électorale. De même, beaucoup d’électeurs optent pour le « vote utile » ou « le moindre mal », quitte à renier en pratique leur foi, avec ces mêmes bonnes intentions qui font le pavement de l’Enfer.

 « Il en est, et en grand nombre, Nous ne l’ignorons pas, qui, poussés par l’amour de la paix, c’est-à-dire de la tranquillité de l’ordre, s’associent et se groupent pour former ce qu’ils appellent le parti de l’ordre. Hélas ! vaines espérances, peines perdues ! De partis d’ordre capables de rétablir la tranquillité au milieu de la perturbation des choses, il n’y en a qu’un : le parti de Dieu. C’est donc celui-là qu’il nous faut promouvoir ; c’est à lui qu’il nous faut amener le plus d’adhérents possible, pour peu que nous ayons à coeur la sécurité publique. (…) Toutefois, pour que le résultat réponde à Nos voeux, il faut, par tous les moyens et au prix de tous les efforts, déraciner entièrement cette monstrueuse et détestable iniquité propre au temps où nous vivons et par laquelle l’homme se substitue à Dieu ; rétablir dans leur ancienne dignité les lois très saintes et les conseils de l’Evangile ; proclamer hautement les vérités enseignées par l’Eglise sur la sainteté du mariage, sur l’éducation de l’enfance, sur la possession et l’usage des biens temporels, sur les devoirs de ceux qui administrent la chose publique ; rétablir enfin le juste équilibre entre les diverses classes de la société selon les lois et les institutions chrétiennes ».
(Saint Pie X, Encyclique E Supremi, 4 octobre 1903)

L’abbé

Gabriel García Moreno

Homme d’État catholique. Il consacra l’Equateur au Sacré-Cœur en 1873 

 

 

« Vous n’avez ni part, ni droit, ni souvenir dans Jérusalem »

Cf. chronique précédente « Venez, rebâtissons les murs de Jérusalem ! » http://terre-et-famille.fr/venez-rebatissons-les-murs-de-jerusalem-nehemie-ii-17/

Bien que voulu par Dieu, le relèvement de Jérusalem après l’exil ne se fit pas sans obstacle : c’est ainsi que les justes gagnent en mérites et les impies en charbons ardents. En l’occurrence, Zorobabel souffrit des intrigues des Samaritains qui obtinrent du roi perse la suspension de la reconstruction du Temple (Esdras, IV, 23-24). Mais les prophètes exhortèrent bientôt les Juifs à braver l’interdit royal et le travail reprit sans que le gouverneur ne puisse s’opposer à son achèvement (Esdras, V, 5 – VI, 13). De même, Esdras eut à lutter âprement pour purifier les moeurs de Juda contaminées par celles de Babylone. Quant à Néhémie, appelé à rebâtir les remparts de la cité, il essuya d’abord les railleries des étrangers et de leurs alliés parmi les élites juives. Mais au fur et à mesure que l’entreprise avançait, les moqueries se changèrent en menaces et conspirations armées. Sans faillir, Néhémie, rappela aux ennemis de sa patrie le droit de son peuple sur cette terre : « C’est le Dieu du ciel lui-même qui nous assiste, et nous sommes ses serviteurs. Nous nous lèverons et nous bâtirons : mais vous, vous n’avez ni part, ni droit, ni souvenir dans Jérusalem » (Néhémie, II, 19-20). Et à ses troupes tentées de céder aux intimidations étrangères : « N’ayez pas peur d’eux ! Souvenez-vous du Seigneur, le Grand, le Terrible, et combattez pour vos frères, vos fils, vos filles, vos femmes et vos maisons » (Néhémie, IV, 14). Récompensant la fermeté des Juifs, Dieu ruina en effet les desseins des impies qui durent reconnaître dans la résurrection de Jérusalem l’oeuvre du Tout-Puissant (Néhémie, VI, 16).

L’élévation des défenses extérieures de la cité manifestait et soutenait le redressement moral de Juda. Reprenant confiance en ses initiatives, chaque corps et famille prit en charge l’édification d’une portion des remparts, des portes et des quartiers d’habitation ainsi que leur garde armée (Néhémie, III, 1-31). Le clergé convaincu de corruption et de collusion avec l’ennemi fut démis (Néhémie, XIII, 4-9, 28). Le respect du sabbat fut restauré au grand dam des païens qui venaient faire du commerce en ce jour sacré (Néhémie, XIII, 15-21). De même, l’usure fut abolie et les dettes asservissant le coreligionnaire remises. Enfin, les mariages contractés avec des nations étrangères furent annulés, moins par souci d’homogénéité ethnique que de pureté de la foi et de la langue (Néhémie, XIII, 23-27). C’est ainsi un peuple à nouveau maître de lui-même et de son destin qui renoua solennellement son alliance avec Dieu, initiateur et finalité de son relèvement (Néhémie, IX, 38).

A l’opposé de la restauration politique et sociale que nous recommande cet épisode de l’Ecriture Sainte, le personnel politique et associatif de France s’échine aujourd’hui plus que jamais, de façon consciente et assumée, à concevoir son action sans Dieu, à faire abstraction de son existence, de ses préceptes, de son intervention dans l’histoire. Mais qu’espérer dès lors d’une action politique méconnaissant Celui sans qui on ne peut rien faire (Jean, XV, 5), pas même se maintenir dans l’existence ? Que craindre d’autre que la dissolution de la société puisque rassembler sans le Christ, c’est disperser (Matthieu, XII, 30) ?

La France s’est épanouie, depuis son baptême, dans la certitude féconde que la foi catholique est vraie. C’est pourquoi elle ne peut rester elle-même sans la prééminence, cultuelle et culturelle, du catholicisme, au nom de la vérité doctrinale et morale dont l’Eglise est dépositaire. A ce titre, la liberté religieuse s’applique essentiellement à l’Eglise catholique qui tient du Christ le droit de gouverner, enseigner et sanctifier dans le monde entier (« Toute puissance m’a été donnée au ciel et sur la terre. Allez donc enseigner toutes les nations au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », Matthieu, XXVIII, 18-19). En terre chrétienne plus particulièrement, toute religion, toute philosophie, toute institution s’opposant à la vraie foi n’a « ni part, ni droit, ni souvenir » à revendiquer comme l’erreur n’a aucun droit contre la vérité. Pourvu qu’il reconnaisse le catholicisme comme la seule bonne religion, l’Etat peut tolérer, selon les circonstances, le tranquille exercice des autres religions établies sur son territoire. En revanche, s’il permet toutes les religions parce qu’à ses yeux elles sont toutes bonnes ou parce qu’il estime la puissance publique incompétente à prendre parti dans cette matière, l’Etat est impie et athée, entrainant par une neutralité criminelle, les individus dans l’indifférence religieuse la plus absolue (Cf. Cardinal Pie, De l’intolérance doctrinale). Que penserait Néhémie qui fit respecter le Jour du Seigneur et abolir l’usure, devant une France laissant des lobbies financiers apatrides porter atteinte à son dimanche et ses fêtes, à ses saints du calendrier, à ses églises et ses signes religieux ostensibles, à la pureté de ses femmes et de ses enfants ? Qu’en pensent Clovis, saint Louis, sainte Jeanne d’Arc et tous les saints qui ont foulé et aimé cette terre de France avant nous ? Et au-dessus de tous, qu’en pense le seul vrai Dieu, Un et Trine ? Je doute qu’Il conçoive les rapports du spirituel et du temporel dans le même sens que bien trop de catholiques voulant oublier que la « laïcité » n’a été conçue en France que pour en déraciner le catholicisme. Nous ne gagnerons rien à vouloir utiliser les armes de l’adversaire. Cessons donc enfin d’être politiques, redevenons prophétiques ! Souvenons-nous du Seigneur, le Grand, le Terrible, renouons avec Lui l’Alliance qu’Il offrit à nos aïeux et combattons pour nos frères, nos fils, nos filles, nos femmes et nos maisons !

Sachez-le, peuples, et soyez effrayés !
Prêtez l’oreille, toutes les régions lointaines de la terre !
Ceignez [vos armes contre nous] et soyez effrayés !
Concevez un dessein [contre nous] : il échouera,
Dites une parole [contre nous] : elle ne se réalisera pas ;
Parce que Dieu est avec nous. (Isaïe, VIII, 9-10)

 

L’abbé

« Venez, rebâtissons les murs de Jérusalem ! » (Néhémie, II, 17)

181px-Chapiteau_Autun_145

La Jérusalem en ruines que Zorobabel, Esdras et Néhémie découvrirent à leur retour de Babylone n’est pas sans analogie avec le triste état de notre pays : portes incendiées, murailles abattues, quartiers ravagés, sanctuaires rasés, population avilie, abandonnée de ses élites et méprisée de l’étranger (Néhémie, II, 13-17).

     De ce désastre, Dieu avait dénoncé depuis longtemps les causes (Ezéchiel, VII, 23-24) : « le pays est plein de jugements sanguinaires et la ville est remplie d’iniquité. Je ferai venir les plus méchants des peuples, et ils s’empareront de leurs maisons ; je ferai cesser l’orgueil des puissants, et on possédera leurs sanctuaires. L’angoisse survenant, ils chercheront la paix, et il n’y en aura pas. Il viendra épouvante sur épouvante, et rumeur sur rumeur ; et ils demanderont des visions aux prophètes, et la loi fera défaut aux prêtres ; et le conseil aux anciens. Le roi sera dans le deuil, le prince couvert de tristesse, et les mains du peuple du pays trembleront ; je les traiterai selon leurs oeuvres, et je les jugerai selon leurs jugements, et ils sauront que je suis le Seigneur ».

     Après soixante-dix ans d’expiation, le temps de la Miséricorde sonna enfin et les Juifs regagnèrent leur patrie avec l’injonction de Cyrus de rétablir le culte à Jérusalem. Telle fut l’oeuvre principale de Zorobabel qui restaura le sacrifice quotidien avant même d’avoir jeté les fondements du temple (Esdras, III, 6). Et ce n’est qu’après le rétablissement de la discipline ecclésiastique dans sa stricte observance que s’amorça l’érection du sanctuaire.

    Esdras avait, quant à lui, « préparé son coeur pour étudier la loi du Seigneur, pour exécuter et enseigner dans Israël des préceptes et des ordonnances » (Esdras, VIII, 10). Il se voua donc durant des années au « réarmement spirituel » de la population par l’enseignement et l’exemple de la foi et de la morale (Esdras, VII, 25). Alors vint le temps de Néhémie, qui récolta ce que ses prédécesseurs avaient patiemment cultivé. Le redressement spirituel de Jérusalem rejaillit enfin dans l’ordre politique : « se réjouissant de voir les prêtres et les lévites à leur poste » (Néhémie, XII, 43), les Juifs, réconciliés avec Dieu et eux-mêmes, rebâtirent les murs de la cité, une main à l’ouvrage, l’autre sur l’épée.

     Cet épisode glorieux de l’Histoire Sainte nous enseigne la démarche politique véritablement féconde, à rebours de l’agitation militante savamment entretenue en France ! Quelle que soit la cause, on nous trouve toujours de nouvelles raisons de courir. Pardon ! de nous « mobiliser ». Vous devez aujourd’hui sauver la France comme vous deviez hier sauver l’église Sainte-Rita de Paris, quitte à sacrifier des vacances méritées avec votre famille à l’autre bout du pays : « c’est maintenant ou jamais » (La Manif pour Tous), « avant qu’il ne soit trop tard », car « nous ne pouvons plus attendre » (Pétition Vos couleurs) : signez en bas à droite et embrigadez-vous derrière sainte Jeanne d’Arc, de Gaulle et les sauveurs de la Nation que l’on vous désignera, sous peine de passer pour des « couards » aux yeux de la « droite conservatrice » (Boulevard Voltaire 14 septembre 2016 – Vos couleurs : parce que cette présidentielle est la dernière avant la  tempête).

     Zorobabel, Esdras et Néhémie ne nous ont-ils pas montré que c’est la prière qui édifie les églises, la sainteté qui affermit les peuples ? Si un sanctuaire s’effondre c’est que ses fidèles « naturels » l’ont depuis longtemps déserté : Dieu s’est juste lassé de les y attendre. Il y aura toujours assez d’églises et de prêtres pour les catholiques fervents mais pour étendre à nouveau sur la France son blanc manteau, point besoin d’actions spectaculaires, d’agitation médiatique sans lendemain. Que chacun investisse à nouveau son église paroissiale, ne serait-ce qu’en y allumant un cierge, en y récitant le chapelet, en y faisant sonner l’Angélus. Que l’on y rétablisse, dans ses formes vénérables, le sacrifice eucharistique, cet extraordinaire face-à-face avec Dieu ; ce qui suppose déjà que les prêtres perdent la fâcheuse habitude de se réunir pour concélébrer au lieu de se répartir chacun dans les clochers environnants. De même ne faut-il pas s’étonner que le monde tourne de plus en plus mal depuis que la Liturgie des Heures parcourt le Psautier non plus en une semaine, comme autrefois, mais en un mois. Souvenons-nous enfin que pour Mère Térésa le « plus grand malheur du monde actuel » ce n’est pas la misère, la famine, les guerres et les catastrophes de toutes sortes, mais la communion dans la main et ensuite l’avortement, le manque de respect vis-à-vis de la Personne divine du Christ entrainant inéluctablement le mépris de la personne humaine.

     Malgré 600 morts innocentes par jour, 220.000 par an, l’avortement, ce jugement sanguinaire qui emplit nos villes pour reprendre l’expression d’Ezéchiel, n’est pas considéré par les « catholiques aconfessionnels » de la Manif pour Tous comme une priorité politique puisqu’il n’en est nullement question dans les quarante propositions du mouvement pour 2017. Ce sujet fut également occulté au Rendez-vous de Béziers comme un obstacle à l’unité des droites ! L’important est d’être unis, du moins d’en donner l’apparence numérique car « depuis les manifs pour tous, preuve a été faite que nous autres, piétaille dite « de droite conservatrice » ontologiquement docile, n’avons pour nous que notre nombre » (Boulevard Voltaire, ibidem). Voilà bien le drame de ces catholiques conservateurs, de ces chrétiens démocrates, obnubilés par l’échéancier électoral qu’on leur impose ! Ils se confient davantage dans leur nombre que dans le secours de Dieu ; un Dieu, pourtant maître du temps, le temps du châtiment comme de la Miséricorde.

     Si mon peuple m’écoutait,

si Israël marchait dans mes voies,

en un instant j’humilierais ses ennemis,

et j’appesantirais ma main sur ses oppresseurs.

(Psaume LXXX, 14-15)

L’abbé

A suivre

nehemie1